GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Assassinat de Kim Jong-nam: 4 suspects nord-coréens recherchés par la Malaisie

    media La police nord-coréenne à diffusé une photo, dimanche 19 février 2017, montrant trois des quatre Nord-Coréens suspectés d'être impliqués dans l'assassinat du demi-frère de Kim Jong-un. Royal Malaysia Police/Handout via Reuters

    Nouveaux éléments dans l’affaire du meurtre de King Jong-nam. Le demi-frère du dirigeant nord-coréen a été attaqué lundi 13 février, à l'aéroport de Kuala Lumpur. Deux femmes lui ont lancé un liquide toxique au visage, alors qu'il allait se rendre en Chine. La police malaisienne recherche quatre ressortissants nord-coréens, soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat.

    Les quatre hommes ont entre 33 et 57 ans. Ils ont tous quitté la Malaisie le jour du meurtre de Kim Jong-nam. Avec ces nouveaux suspects, l'enquête s'oriente un peu plus vers la piste nord-coréenne. La veille déjà, un informaticien nord-coréen de 46 ans a été arrêté dans le cadre de cette affaire.

    Avant cela, 3 personnes avaient été interpellées : une femme détentrice d'un passeport vietnamien, un Malaisien et sa petite amie indonésienne.

    Pour Séoul, les nouveaux éléments de la police malaisienne prouvent que Pyongyang est responsable de l'assassinat. C'est ce qu'a affirmé le porte-parole du ministre de l'Unification. Selon cette hypothèse, le président nord-coréen se serait débarrassé d'un rival gênant en ordonnant l'empoisonnement de Kim Jong-nam.

    Certains experts affirment que celui-ci faisait chanter son demi-frère de son exil en Chine. Son déplacement en Malaisie aurait été une occasion de l'éliminer sans créer trop de tensions avec Pékin.

    Pyongyang n'a pas commenté l'affaire et s'en tient à demander la restitution du corps du défunt. Mais le gouvernement malaisien dit attendre les résultats de l'autopsie, qui ne devraient pas être connus avant deux semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.