GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Nord: mais pourquoi Kim Jong-nam a-t-il été assassiné?

    media Montage montrant Kim Jong-nam (à g.) et son demi-frère Kim Jong-un. Toshifumi KITAMURA, Ed JONES / AFP

    La Malaisie a convoqué l'ambassadeur nord-coréen à Kuala Lumpur, au sujet de l'assassinat de Kim Jong-nam, le demi-frère du dirigeant nord-coréen probablement empoisonné lundi dernier à l'aéroport de Kuala Lumpur. La Corée du Nord, par la voix de son ambassadeur, a déjà déclaré qu'elle ne croyait pas en l'impartialité de l'enquête. Le diplomate a ajouté qu'il n'acceptera pas les résultats de l'autopsie. Si tous les premiers éléments de l'enquête pointent vers la Corée du Nord, en Corée du Sud beaucoup se posent la question du pourquoi de cet assassinat.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a fait assassiner son demi-frère Kim Jong-nam pour se débarrasser de toute alternative possible à son pouvoir, a estimé le ministre sud-coréen de la Défense, Han Min-koo. Le ministre a ajouté que cet assassinat visait aussi à avertir la communauté internationale qu'il ne fallait surtout pas espérer un changement de régime à Pyongyang.

    Mais une autre hypothèse circule à Séoul : plusieurs sources semblent indiquer que Kim Jong-nam était entré en contact avec plusieurs pays, dont la Corée du Sud et les Etats-Unis. Des contacts qui visaient à demander l'asile politique, selon un article paru dans la presse sud-coréenne quelques jours seulement avant l'attentat.

    Humiliation majeure

    Rumeur ou fait avéré, si Kim Jong-nam, le fils aîné du défunt dirigeant Kim Jong-il, était passé chez l'ennemi sud-coréen, cela aurait été une humiliation majeure pour le « leader suprême » Kim Jong-un. Et ce, alors que la Corée du Nord a déjà essuyé une vague de défections de diplomates de très haut niveau en 2016 (des défections suivies d'ailleurs de la purge du chef de la police secrète, Kim Won-hong).

    Kim Jong-nam était déjà dans le collimateur de Pyongyang pour ses critiques publiques et ses appels aux réformes économiques. Ces dernières révélations auraient donc poussé Kim Jong-un à se débarrasser d'un demi-frère de plus en plus gênant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.