GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: un otage allemand exécuté par le groupe terroriste Abou Sayyaf

    media L'Allemand Jürgen Kantner et sa compagne Sabine Merz (D) posent le 5 mai 2009, à Berbera, un port somalien infesté de pirates dans le golfe d'Aden. Le septuagénaire était surnommé «le navigateur allemand fou». AFP/Mustafa ABDI

    Le gouvernement philippin l'a officiellement confirmé : les terroristes du groupe Abou Sayyaf ont exécuté l'otage allemand Jürgen Kantner, détenu depuis plus de quatre mois. Une information révélée ce lundi 27 février 2017 par le groupe de surveillance des sites islamistes SITE, qui rapporte une vidéo montrant l'exécution du septuagénaire. L'ultimatum pour la livraison d'une rançon de 560 000 euros avait expiré dimanche.

    L'exécution a eu lieu sur l'archipel de Sulu, dans la province autonome de Mindanao, dans le sud des Philippines, a-t-on appris ce lundi. Le corps du septuagénaire allemand n'a pas encore été retrouvé mais aucun doute n'est possible.

    Le navigateur Jürgen Kantner avait été enlevé en novembre dernier, l'armée avait retrouvé son voilier avec, à bord, le corps de sa compagne tuée pendant l'attaque. L'ultimatum pour le versement de la rançon expirait dimanche.

    Bombardements sur les repères d'Abou Sayyaf

    Le 29 décembre 2016, une photo de Jürgen Kantner avait circulé sur Twitter. Il y tenait un drapeau allemand sur lequel était inscrit « ma dernière heure est venue ». Samedi, à l'approche de l'ultimatum, l'armée avait mené un raid aérien.

    Ces bombardements visaient les repères d'Abou Sayyaf sur la principale île de Sulu. « Nous avons tout tenté pour le sauver, mais sans succès », a déclaré le responsable du gouvernement chargé des négociations avec les ravisseurs.

    Deux Canadiens ont été exécutés l'an dernier

    L'éradication du groupe Abou Sayyaf pour mettre fin aux kidnappings est l'une des priorités du président Rodrigo Duterte, indique notre correspondante à Manille, Marianne Dardard. Car les militaires suspectent les hommes d'Abou Sayyaf d'entretenir le narcotrafic. Selon divers rapports publiés ces derniers mois, les islamistes ont pour projet d'établir à Mindanao le premier califat d'Asie du Sud-Est.

    Depuis son arrivée au pouvoir il y a sept mois, Rodrigo Duterte a déclenché une offensive tous azimuts contre le groupe islamiste qui a plaidé allégeance à l'organisation Etat islamique. Davantage de bataillons ont été déployés dans le sud de l'archipel. Objectif : libérer les otages restants, parmi lesquels sept Philippins et dix-neuf ressortissants étrangers.

    En 2014, un couple d'Allemands avait été libéré contre une rançon de 4,5 millions d'euros. Mais l'an dernier, faute de paiement, deux otages canadiens ont été exécutés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.