GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: l'ONU dénonce une nouvelle fois des atrocités dans l'ouest birman

    media Des réfugiés rohingyas tentent de recueillir de l'eau de pluie après leur arrivée en territoire birman, en juin 2015. Reuters/Soe Zeya Tun

    C’est une situation très embarrassante pour la conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi et un rapport accablant pour son pays, la Birmanie. Ce rapport, c’est celui de Yanghee Lee, l’envoyée spéciale des Nations unies pour les droits de l’homme en Birmanie, rendu public lundi. Yanghee Lee s’est entretenue avec des dizaines de réfugiés rohingyas arrivés ces dernières semaines au Bangladesh. Des réfugiés qui accusent l’armée birmane des pires sévices.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Des personnes ligotées dans leurs maisons incendiées, des enfants brûlés vifs, des familles décimées, des adultes égorgés, des viols collectifs. Yanghee Lee n’a entendu que des témoignages « atroces ».

    Près de 70 000 Rohingyas musulmans ont fui l’ouest de la Birmanie ces cinq derniers mois. Depuis octobre, l’armée birmane mène des « opérations de sécurité » dans cette région reculée, à la recherche de suspects qui auraient attaqué des postes frontières mais c’est toute la population rohingya qui « est punie de manière collective », critique encore la diplomate onusienne.

    Les Nations-Unies ont évoqué à maintes reprises les violations des droits de l’homme dans cette région, mais le gouvernement de la conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi réfute systématiquement ces rapports.

    Sur le terrain, les soldats et les policiers, qui sont déployés dans l’ouest de la Birmanie, obéissent au chef de l’armée, pas au gouvernement d’Aung San Suu Kyi.

    Aucune communication

    En revanche, elle et son équipe dirigent les ministères des Affaires étrangères et de l’Information, des ministères responsables de communiquer sur cette crise. Et depuis cinq mois, cette communication se résume au déni pur et simple des faits. Les témoignages recueillis par les Nations unies, les ONG et la presse sont pourtant concordants et accablants pour les autorités birmanes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.