GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Aujourd'hui
Dimanche 25 Février
Lundi 26 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    ONU: un rapport pointe du doigt le jeu trouble de Pékin vis-à-vis de Pyongyang

    media Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un, entouré d'officiers, dans cette photo rendue publique par le régime en mars 2016. REUTERS/KCNA

    La Corée du Nord fait fi des sanctions qui lui ont été imposées en 2016 par l'ONU. C'est ce que révèle un rapport confidentiel des Nations unies qui montre que Pyongyang continue ainsi à financer son programme nucléaire militaire grâce au soutien tacite d'Etats membres. Et sans la nommer, c'est la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, qui est clairement pointée du doigt.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Pékin ne veut surtout pas que ce rapport ne devienne public et tente par tous les moyens de retarder sa sortie.

    Car le constat des experts onusiens est accablant. Si Pyongyang continue à commercer dans le monde et à financer ainsi ses essais nucléaires et son programme balistique, c'est en grande partie grâce au soutien tacite de la Chine qui accueille de nombreuses sociétés écrans d'origine nord-coréennes et des intermédiaires commerciaux.

    Matériels militaires à destination de l'Erythrée, du Mozambique ou encore de la République démocratique du Congo (RDC), statues de bronze à la gloire des chefs d'états africains, exportation de minerai de fer : ce document dresse un inventaire à la Prévert qui prouve que Pyonyang arrive non seulement à diversifier ses sources d'approvisionnement mais aussi à s'adapter au régime de sanctions pour continuer à vendre ses produits à l'étranger.

    Mauvais moment

    Ce rapport tombe en tous les cas très mal pour Pékin qui avait voulu montrer, en réaction à un énième tir de missile, un signe de bonne volonté à la mi-février en annonçant la suspension temporaire de ses importations de charbon depuis la Corée du Nord. Le rapport note d'ailleurs que Pyongyang a réalisé de grandes avancées dans son programme balistique en 2016. La Chine est maintenant au pied du mur pour y mettre un coup d'arrêt.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.