GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Mai
Mardi 23 Mai
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Aujourd'hui
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: en cas d'attaque de Pékin, Taïwan promet de frapper le continent

    media La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, en août 2016 à Pingtung. CHOU RUNG-JI / POOL / AFP

    Alors que le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson effectue une tournée en Asie, le ministre taïwanais de la Défense a publiquement déclaré, jeudi 16 mars 2017, que son pays pouvait lancer des missiles sur le territoire de la Chine continentale en cas d'attaque. Une déclaration sans précédent à Taipei.

    Le programme de missiles moyenne portée de la République de Chine (Taïwan) est connu, il a démarré il y a dix ans. En revanche, c'est la première fois qu'un ministre taïwanais en fait état publiquement. Il faut dire que les relations entre Pékin et Taipei se sont dégradées depuis l'arrivée au pouvoir de la présidente pro-indépendantiste Tsai Ing-Wen, issue du Parti démocrate progressiste (PDP, Minjindang).

    Mathieu Duchâtel, directeur adjoint du programme Asie au Conseil européen des relations internationales, rappelle que les relations étaient bien meilleure sous la présidence Ma Ying-jeou, du Parti nationaliste chinois (KMT, Kuomintang). Pendant ses huit ans de règne, rappelle le chercheur, « les relations entre les deux rives s’étaient vraiment améliorées ».

    « La question militaire est réoccupante »

    « Il y avait eu beaucoup plus d’échanges économiques, et même des relations entre les deux gouvernements, alors que ça a longtemps été très tabou », explique Mathieu Duchâtel, qui observe qu'à présent, « avec ce gouvernement dont l’orientation générale est plutôt pro-indépendantiste, même s’il ne souhaite pas déclarer l’indépendance, on est de nouveau dans une phase de tensions ».

    Or, ajoute le Français, bon connaisseur des relations entre les « deux Chine », « il faut voir que de l’autre côté du détroit à Pékin, on va dans le sens de plus de pressions et c’est à ça que les Taïwanais répondent ». « Et même si l'on est encore loin d'un scénario de crise, conclut le chercheur, cette mise en avant de la question militaire est préoccupante ».

    → Réécouter sur RFI : A Taïwan, paroles de vétérans chinois (Grand reportage)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.