GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le G7 et les géants de l'internet se mettent d'accord pour bloquer la propagande «terroriste» (Italie)
    • Catalogne: «Nous avons atteint une situation limite» (Mariano Rajoy)
    • Brexit: Londres encore «loin du compte sur les engagements financiers» (Emmanuel Macron)
    • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
    • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
    Asie-Pacifique

    Taïwan va développer sa propre flotte de sous-marins

    media La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen sur la base navale de Kaohsiung, le 21 mars 2017. REUTERS/Tyrone Siu

    A Taïwan, un nouveau geste qui va certainement provoquer l’ire de Pékin : la présidente Tsai Ing-Wen a lancé ce mardi un programme de sous-marins construits localement. Les appareils ne devraient pas être livrés avant huit ans, mais depuis l’élection de la présidente il y a un peu plus d’un an, les relations se tendent de plus en plus avec Pékin.

    En janvier dernier, Pékin avait envoyé son seul porte-avions, le Liaonong, croiser au large de Taïwan. C’est là, a expliqué le ministre de la Défense taïwanais, que l’île a compris qu’elle devait accélérer ses efforts pour construire ses propres sous-marins.

    Le pays n’en dispose pour le moment que de deux opérationnels, achetés à l’étranger. Depuis 2001 il était question que les Etats-Unis lui en fournissent huit supplémentaires, mais Taipei n’a rien vu venir. Ce mardi, la présidente Tsai Ing-Wen a donc lancé, depuis la base navale de Kaohsiung dans le sud de l’île, un programme de construction locale, parlant d’un moment « historique » et soulignant que « les Taïwanais relèvent toujours courageusement les défis ».

    De fait, depuis l’arrivée au pouvoir à Taïwan de la présidente sino-sceptique en janvier 2016 les relations se sont tendues. La semaine dernière, Taïwan affirmait que la menace militaire chinoise envers l’île, que Pékin considère toujours comme une partie de son territoire, était de plus en plus importante. Tout en affirmant qu’elle était de son côté tout à fait capable de lancer des missiles vers Pékin.

    Il y a deux semaines, le Premier ministre chinois rappelait que « la Chine s’opposerait résolument à toute indépendance de Taïwan », un pas que la présidente taïwanaise ne risque de toute façon pas de franchir. Le statu quo reste tendu, mais pour le moment il tient.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.