GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Doug Jones a été élu sénateur de l'Alabama, mardi soir. Le démocrate l'emporte finalement avec 49,6% des suffrages devant son adversaire républicain, qui totalise 48,9% des voix. Grand favori il y a quelques semaines, Roy Moore s'est retrouvé au centre d'accusations d'abus sexuels sur mineures. Cette défaite est un revers politique majeur pour Donald Trump, qui avait maintenu son soutien à Roy Moore, lâché par plusieurs figures républicaines.

    Asie-Pacifique

    Inde: le statut de personne vivante octroyé aux fleuves Gange et Yamuna

    media Des millions de pèlerins hindous viennent se purifier dans les eaux du Gange. REUTERS/Jitendra Prakash

    En Inde, une cour d'appel de l'Etat de l'Uttarakhand, dans les montagnes himalayennes, vient de reconnaître le statut de personne vivante à deux fleuves sacrés de cette région : le Gange et la Yamuna. Une première en Inde, qui a pour but de permettre une défense plus efficace de l'écosystème très pollué de ces deux cours d'eau.

    De notre correspondant à New Delhi,

    Les juges de l'Uttarakhand ont procédé par simple logique pour traiter cette affaire abordée généralement de manière très spirituelle : ils ont ainsi avancé que le Gange était considéré comme sacré par les hindous. En effet, ce fleuve est surnommé la Mère et aurait le pouvoir de laver les péchés de ceux qui se baignent dedans. De plus, ils ont ajouté que certaines idoles religieuses ont déjà reçu le statut d'entité juridiquement responsable, capables de détenir des biens et des propriétés.

    Ainsi, ces magistrats ont estimé que, considérant l'énorme pollution qui frappe les deux fleuves sacrés du Gange et de la Yamuna, il était temps de leur octroyer un statut d’être vivant mineur, qui doit être protégé contre toute atteinte à son intégrité. Comme pour un enfant, des tuteurs publics ont été désignés pour les défendre. La situation est en effet grave : le Gange est maltraité par les tonnes d'eaux usées non filtrées qu'elle reçoit de 29 grandes villes, ainsi que par les rejets de mercure provenant des tanneries et des cadavres en décomposition jetés dans ses eaux pour qu'ils atteignent le Nirvāṇa [béatitude NDLR]. Ce fleuve est tellement malade qu'il est cancérigène de se baigner dedans.

    Un statut juridique primordial pour protéger ces fleuves sacrés

    Les militants écologistes sont ravis d'entendre une cour d'appel rappeler qu'une rivière est un organisme vivant : outre que cela frappe les esprits, c'est aussi reconnaître qu'il faut arrêter de surexploiter ces cours d'eau en y installant de nouveaux barrages qui réduisent leur flot et accélère leur dépérissement. La reconnaissance légale de ce statut pourrait ainsi être utilisée pour s'opposer à de tels projets et en faire bénéficier d'autres rivières ou montagnes.

    Le problème reste toutefois que les tuteurs de ces deux fleuves sacrés sont des fonctionnaires et élus. Or, ils représentent l'Etat qui est également celui qui est souvent la cause de leurs malheurs en autorisant la construction de barrages. Ces agents pourraient ainsi se retrouver juges et partie.

    27 milliards d’euros par an pour sauver le Gange

    Les élections de ces dernières semaines ont porté le BJP au pouvoir dans les deux plus grands Etats traversés par le Gange, l'Uttarakhand et l'Uttar Pradesh. Le même parti dirige donc les gouvernements centraux et régionaux, ce qui devrait faciliter la mise en place des très ambitieux programmes dessinés à sauver ce fleuve. Des programmes dotés d'un énorme budget de 27 milliards d'euros par an.

    Jusqu'à présent, le BJP affirmait qu'il n'arrivait pas à obtenir de résultats à cause de l'opposition des partis régionaux. Maintenant, il n'aura plus d'excuse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.