GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juin
Samedi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Jean-François Ricard a été officiellement nommé à la tête du parquet national antiterroriste
    • Canicule en France: le mercure va encore grimper ce jeudi, journée la plus chaude; pollution à l'ozone et risques sanitaires à venir
    • Hôpitaux: plus de neuf Français sur dix soutiennent la grève aux urgences (sondage)
    • Commerce: Trump dénonce les taxes douanières «inacceptables» imposées par l'Inde
    • G20: le président chinois Xi Jinping est à Osaka pour participer à la réunion
    Asie-Pacifique

    Philippines: reprise des négociations de paix avec la guérilla communiste

    media L'arrivée au pouvoir il y a huit mois de Rodrigo Duterte, qui a lié quelques amitiés avec des leaders communistes, a ranimé les espoirs de paix. Reuters

    Aux Philippines, le gouvernement du président Rodrigo Duterte va reprendre les négociations de paix avec les communistes pour tenter de mettre fin à l'une des plus anciennes et des plus meurtrières guérillas de la région. En quarante ans, les combattants de la Nouvelle Armée du Peuple (NPA) ont fait plus de 40 000 morts. Le NPA reste considéré comme un groupe terroriste par les Etats-Unis. L'arrivée au pouvoir, il y a huit mois, de Rodrigo Duterte, qui a lié quelques amitiés avec des leaders communistes, a ranimé les espoirs de paix. Le processus semble ressusciter avec l'instauration d'un cessez-le-feu et la libération d'anciens opposants politiques, un geste inédit de la part du gouvernement philippin.

    Avec notre correspondante à Manille, Marianne Dardard

    Après quarante ans de conflit et plus de 40 000 morts, la guérilla entre l'insurrection communiste et l'armée sévit toujours aux Philippines. Pour cause, dans un pays où plus de huit millions de personnes vivent avec moins de deux dollars par jour, l'idéal révolutionnaire trouve un écho chez une partie des Philippins. C'est d’ailleurs sur le terrain de la misère que le discours communiste prospère. La pauvreté continue en effet de toucher de nombreux Philippins, malgré une croissance économique impressionnante depuis la sortie de la dictature, il y a trente ans.

    L'autre explication à la pérennité de ce conflit est l'affrontement sanglant entre l'armée nationale philippine et les rangs de la Nouvelle armée du peuple, la branche armée du parti communiste. Les communistes sont accusés d’enlèvements meurtriers, mais aussi de soutirer de l'argent via l'impôt révolutionnaire. De leur côté, les militaires sont accusés d'abuser de leur pouvoir, avec la disparition mystérieuse de plusieurs opposants politiques.

    Les négociations à un tournant

    Depuis l'arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte, il y a huit mois, les négociations de paix ont officiellement repris, avec des gestes inédits comme la nomination de communistes au sein du gouvernement et la libération de plusieurs responsables communistes considérés comme des prisonniers politiques. Par le passé, il y a déjà eu des négociations mais jamais aucun gouvernement n'avait accepté de libérer ces chefs politiques.

    Trois séries de pourparlers ont déjà eu lieu à Oslo, en Norvège. Le quatrième s’ouvrira le lundi 3 avril dans un climat de méfiance néanmoins, en l'absence de cessez-le pour le moment. Car depuis la mort de plusieurs soldats dans une embuscade attribuée aux communistes, Rodrigo Duterte a suspendu du jour au lendemain le cessez-le-feu. Le mois dernier, l’armée gouvernementale a même déclaré une guerre totale contre la Nouvelle armée du peuple.

    Hier, le président philippin évoquait une possible amnistie des communistes encore détenus sous certaines conditions. Une manière d'amadouer l'autre partie.
    Beaucoup pensent aux Philippines que plus l’attente sera longue avant de reprendre les discussions, moins la paix a de chances d'aboutir. Les communistes espèrent obtenir une redistribution de terres rurales, ce qui est très loin d’être acquis. L'objectif affiché malgré tout est de parvenir à un accord de paix d'ici la fin de l'année.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.