GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: empêtré avec Westinghouse, le calvaire de Toshiba continue

    media Le logo de Toshiba visible sur le quartier général de Tokyo en ces jours du printemps. REUTERS/Toru Hanai

    Après avoir obtenu deux délais exceptionnels, Toshiba a enfin publié ce mardi 11 avril 2017 ses résultats. Mais dans la douleur, car ils ne sont guère brillants. Le conglomérat industriel japonais est en très mauvaise santé : sur les neuf premiers mois de son exercice 2016-2017, la perte sèche est de 532,5 milliards de yens, soit 4,5 milliards d'euros.

    avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Toshiba cherche à se débarrasser au plus vite de Westinghouse, le spécialiste américain du nucléaire. Parce que ses pertes tirent l'ensemble du conglomérat japonais vers l'abîme. Et si ces auditeurs refusent d'approuver ces résultats, c'est parce que la totalité des dettes de Westinghouse, liées au dépassement des coûts de construction de centrales nucléaires aux Etats-Unis, n'est toujours pas connue. Les dirigeants de Westinghouse sont soupçonnés d'avoir minimisé ces pertes. Alors, pour éviter la faillite du conglomérat, Toshiba - qui avait de grandes ambitions dans le nucléaire jusqu'à l'accident de Fukushima en 2011 - a désormais deux solutions.

    La première perspective, c'est de vendre Westinghouse. Problème : seuls des Chinois seraient acquéreurs. Or, le gouvernement américain a déjà dit qu'il refuserait de céder Westinhouse et sa technologie aux Chinois. Quant à la deuxième solution pour Toshiba, il s'agit de vendre son activité la plus profitable : la production de puce mémoire NAND. Toshiba est l'un des leaders mondiaux, avec le Coréen Samsung. Le Taïwanais Foxconn est prêt à offrir à Toshiba 27 milliards de dollars pour ces puces. Mais le Taïwanais est regardé avec suspicion à Tokyo, en raison de ses liens étroits avec une Chine décidée à devenir un géant mondial des semi-conducteurs.

    → À relire : Westinghouse plombe les comptes de Toshiba

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.