GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Aujourd'hui
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cachemire indien: abstention record à des élections législatives partielles

    media Un bureau de vote pour le scrutin qui doit permettre l'élection du député national de l'une des circonscriptions de Srinagar. REUTERS/Danish Ismail

    Des élections législatives partielles se sont tenues jeudi 13 avril à Srinagar, la capitale du Cachemire indien. Et elles ont enregistré le plus bas taux de participation depuis des décennies : seulement 2 % des électeurs se sont déplacés. Une conséquence de l'importante défiance de la population de cette région autonomiste envers le pouvoir central, et des tensions qui persistent après la violente répression des manifestations de l'été dernier, qui a coûté la vie à plus de 90 civils.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

    Le scrutin doit permettre l'élection du député national de l'une des circonscriptions de Srinagar, qui compte 1,2 million d’électeurs. Le vote initial, réalisé dimanche, a dû être renouvelé dans les bureaux du sud de la ville, après l'éruption de violences qui ont coûté la vie à huit personnes et entraîné l'incendie du matériel de vote.

    Un important dispositif de sécurité a ainsi été déployé ce jeudi 13 avril pour assurer sa bonne tenue. Malgré cela, le boycott a été record, avec seulement 2 % de participation. Contre 7 % dimanche.

    Pour Syed Sharyar, un photographe de Srinagar qui s'est abstenu, ceci est une conséquence de la répression des manifestations de l'été dernier, qui a coûté la vie à plus de 90 civils et partiellement aveuglé 500 autres, touchés par les billes de plomb de la police.

    « Il doit y avoir entre 5 et 10 % des personnes qui voudraient voter mais ne le font pas par peur des violences, explique-t-il. Mais avant, vous aviez de longues queues devant les bureaux de vote, maintenant ils sont déserts. Cela montre que les blessures de la répression de 2016 sont encore fraiches chez les gens. »

    Face à cette déconvenue, un autre scrutin partiel dans le sud du Cachemire a été reporté au 25 mai.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.