GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Aujourd'hui
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: l'ex-présidente Park Geun-hye formellement inculpée

    media L'ex-présidente Park Geun-hye se rend au bureau du procureur à Seoul, le 21 mars 2017. REUTERS/Kim Hong-Ji

    La descente aux enfers de l’ex-présidente sud-coréenne continue : sa destitution avait été confirmée au mois de mars, depuis elle était en prison. Park Geun-hye a été, lundi 17 avril, formellement inculpée, entre autres pour corruption.

    Les enquêteurs retiennent contre l’ex-présidente pas de moins de 18 chefs d’inculpation : Park Geun-hye est poursuive pour corruption, abus de pouvoir, coercition, divulgation de secrets d’Etat. Rien que pour les faits de corruption, elle risque dix ans de prison.

    Au centre de ces affaires, sa confidente Choi Soon-sil, aujourd’hui en prison et dont le procès est en cours. Park Geun-hye aurait forcé plusieurs chaebols, les conglomérats sud-coréens, à verser l’équivalent de dizaines de millions d’euros aux fondations de son amie d'alors en l’échange de faveurs politiques.

    D’ailleurs, après l’héritier de Samsung, le président du groupe Lotte, le cinquième plus important du pays, a été inculpé ce lundi, accusé d’avoir versé plus de six millions d'euros à une fondation sportive de Choi Soon-sil pour récupérer un marché de Duty Free.

    En inculpant ce lundi Park Geun-hye, les enquêteurs ont estimé qu’elle avait demandé ou qu’on lui avait promis l’équivalent de 49 millions d’euros de pots-de-vin pour ces fondations. Son procès devrait débuter le mois prochain, alors que l'élection présidentielle anticipée convoquée pour lui trouver un remplaçant doit se tenir le 9 mai.

    L’ex-présidente et les dirigeants des chaebols concernés nient toute malversation. Park Geun-hye accuse son ancienne amie d'avoir « abusé de sa confiance ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.