GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 29 Juillet
Dimanche 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: couvre-feu partiel au Cachemire après une flambée de violence

    media Des dizaines d'étudiants ont été blessés lundi 17 avril 2017 dans des échauffourées avec les forces de l'ordre au Cachemire indien. REUTERS/Danish Ismail

    La région indienne du Cachemire est en ébullition depuis deux jours, suite à la répression d'une manifestation d'étudiants par les forces de sécurité pendant laquelle une cinquantaine de jeunes ont été blessés. Lundi 17 avril, une vingtaine d'universités de toute la région ont rejoint le mouvement de protestation, entraînant de nouveaux affrontements. Ce mardi, la plupart des écoles et universités seront fermées et la région placée en partie sous couvre-feu.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Tout a commencé samedi 15 avril, quand les forces de sécurité ont pénétré dans l'université de Pulwama, au sud du cachemire. Ces hommes armés cherchaient des étudiants qui auraient été responsables de violences en marge d'un scrutin régional de la semaine dernière.

    L’intrusion des hommes armés dans ce lieu généralement préservé des affrontements a mis le feu aux poudres, et une cinquantaine de jeunes ont été blessés, certains par de dangereuses billes de plomb.

    Ce lundi, les étudiants de plusieurs dizaines de lycées et d'universités de toute la région ont rejoint le mouvement de révolte. A chaque fois, les paramilitaires ont tenté d'empêcher qu'ils défilent en tirant du gaz lacrymogène, des balles en plastique ou remplies de piment.

    Les étudiants, eux, ont répliqué en jetant des pierres et en criant des slogans contre l'Inde et en faveur d'un Cachemire libre. Ces combats de rue ont blessé une douzaine de jeunes qui ont dû être hospitalisés.

    Dans le but d'apaiser ce soulèvement, les autorités ont suspendu l'internet mobile dans tout le Cachemire et fermé tous les lycées et universités ce mardi 18 avril.

    → A (re) lire : Cachemire : histoire d'un territoire déchiré en 12 dates

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.