GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Panama Papers au Pakistan: la Cour suprême veut plus d'éléments sur Nawaz Sharif

    media Nawaz Sharif, le Premier ministre pakistanais. Reuters/Larry Downing

    Les magistrats de la Cour suprême du Pakistan ont estimé jeudi qu'ils ne disposaient pas
    d'éléments suffisants pour démettre de ses fonctions le Premier ministre, Nawaz Sharif, accusé de corruption en lien avec la divulgation des Panama Papers. Ils ont toutefois ordonné un complément d'enquête.

    Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

    La pression s’accentue sur Nawaz Sharif. Le verdict était depuis des semaines attendu comme un moment historique pour le pays. Il n’est pourtant pas définitif. Si deux des cinq juges de la Cour suprême étaient favorables à une condamnation du chef du gouvernement, les trois autres ont opté pour la mise en place d’une nouvelle commission d’enquête. La décision vient confirmer le caractère réel des soupçons de corruption.

    Ce qui satisfait le PTI, le principal parti d’opposition à l’origine du procès. Pourtant, le parti au pouvoir et la famille du Premier ministre ont eux aussi salué un verdict qu’ils qualifient de preuve d’innocence. Le statu quo prévaut donc avant les conclusions de la nouvelle enquête approfondie. Celle-ci devra déterminer l’origine exacte des fonds qui ont permis à trois des quatre enfants de Nawaz Sharif d’acquérir, à travers des compagnies offshores, plusieurs bien immobiliers luxueux à Londres.

    La zone rouge où se trouvent le Parlement, les bureaux du Premier ministre et la Cour suprême a été placée sous très haute sécurité pour faire face à d’éventuelles manifestations. Mais seuls quelques militants d’oppositions se sont réunis pour scander des slogans saluant la décision de justice et exigeant le départ du Premier ministre.

    «Panama Papers»: la famille du Premier ministre pakistanais mise en cause

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.