GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: un ministre démissionne après l’attaque d’une base militaire

    media Le ministre de la Défense Abdullah Habibi et le chef d'état-major des armées Qadam Shah Shahim ont donné une conférence de presse, ce 24 avril 2017, après avoir annoncé leur démission. REUTERS/Omar Sobhani

    Le ministre de la Défense afghan Abdullah Habibi et le chef d'état-major des armées ont présenté leur démission, avec effet immédiat, ce lundi 24 avril, trois jours après une attaque talibane qui a fait plus de 130 morts sur une base militaire dans le nord du pays. Les chefs de quatre corps d'armée ont également été remplacés. Ces sanctions étaient attendues par la population.

    Avec notre correspondante à Kaboul Sonia Ghezali

    Les autorités afghanes ont été vivement critiquées durant le week-end par les observateurs et experts qui demandaient notamment des sanctions contre le ministre de la Défense, Abdullah Habibi. Il lui était reproché son incapacité à assurer la protection des citoyens et même celle des bases militaires. En effet, un commando d'au moins dix talibans lourdement armés a attaqué, vendredi 21 avril, plus de cinq heures durant, la plus grande base militaire du nord du pays, Balkh, près de la ville de Mazar-e-Charif, faisant au moins 130 tués.

    L'annonce de la démission du ministre afghan de la Défense Abdullah Habibi et du chef d'état-major des armées Qadam Shah Shahim a eu lieu, ce lundi, alors qu'un petit groupe d'une quinzaine de manifestants s'était rassemblé devant le palais présidentiel à Kaboul, la population attendant des sanctions. Dimanche 23 avril, des rumeurs concernant leur limogeage et celui de hauts gradés de l'armée avaient circulé une bonne partie de la journée avant que des communiqués ne les démentent. L'annonce a donc été accueillie avec un certain soulagement, ce 24 avril.

    L'attaque de Bakhl est la deuxième attaque d'envergure en quelques semaines contre des sites militaires après celle, début mars, du grand hôpital militaire de Kaboul qui avait fait des dizaines de morts. Elle a suscité l’indignation, la colère et la lassitude des Afghans de voir se répéter les mêmes scénarios. Début mars, la chambre basse du Parlement avait qualifié de « honte pour le gouvernement » le fait que les talibans puissent attaquer des lieux aussi sécurisés. Et le Parlement avait, en vain, demandé la démission des ministres de la Défense, de l'Intérieur et du chef des services de renseignements.

    Un premier pas vers une prise de responsabilités

    C'est un message fort qu'a voulu envoyé le gouvernement afghan, ce lundi 24 avril, en limogeant non seulement le ministre de la Défense et le chef d'état-major des armées mais aussi quatre commandants de corps d'armée, ceux d'Hérat, de Kandahar, de Paktia et de Mazar, celui qui a été pris pour cible dans l'attaque survenue vendredi. Il s'agit d'un premier pas vers une prise de responsabilités. Le seul responsable pointé du doigt ce week-end qui reste à son poste est le patron des services de renseignement.

    Ces dernières attaques donnent l'impression que les talibans peuvent frapper où ils le veulent, et soulignent l'impuissance des services de renseignements et des forces de sécurité. Après l'attaque de Balkh, le porte-parole des talibans a déclaré que quatre des assaillants étaient des militaires qui connaissaient les lieux de l'intérieur. Des soldats blessés dénoncent aussi des complicités internes, mêmes complicités évoquées lors de l'attaque de l'hôpital militaire.

    Les talibans, qui profitent de l'affaiblissement de l'armée depuis le départ des forces occidentales, contrôlent ou sont en guerre sur près de 40 % du territoire afghan.

    Les problèmes que l’on a aujourd’hui ne sont pas des problèmes liés à des individus. Ce sont des problèmes totalement structurels. Premièrement, on a une pénétration très forte des talibans à l’intérieur des institutions. […] Le deuxième problème majeur qu’on a, c’est un problème de corruption généralisée, de népotisme, de « factionnalisme » à l’intérieur des institutions afghanes. […] Et là, évidemment, ce n’est pas changer le chef qui va changer le fonctionnement de ces institutions
    Ecoutez l'analyse de Gilles Dorronsoro, professeur à l'Université Paris 1 Sorbonne 24/04/2017 Écouter
    Quand vous parlez aux gens, ils sont en colère. […] Le ministre des Armées est changé maintenant mais le système reste à sa place. Le système est corrompu. Ce sont des personnes attachées les unes aux autres dans l’armée, dans la sécurité, dans l’administration afghane et, dans les domaines politiques et diplomatiques, et même dans les domaines civils
    Sonia Ghezali a rencontré Khalil Roman, militant de la société civile, à Kaboul 25/04/2017 Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.