GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: le bouclier antimissiles THAAD en cours de déploiement

    media Un véhicule militaire américain roule au milieu d'une foule hostile au THAAD, à Seongju, ce 26 avril 2017. Kim Jun-beom/Yonhap via REUTERS

    En Corée du Sud, l’armée américaine a commencé à installer les premiers éléments de son système d’interception de missiles à haute altitude, le THAAD. Ce déploiement, prévu depuis de nombreux mois, a pour objectif annoncé de parer à la menace croissante de la Corée du Nord, qui accélère son programme nucléaire et balistique. Mais il suscite la colère des résidents locaux ainsi que la fureur de la Chine voisine.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Le déploiement a eu lieu pendant la nuit, sans aucune annonce préalable. L’armée américaine a transporté des radars et des rampes de lancement sur un ancien terrain de golf, près de la petite bourgade de Seongju. Là, elle a été accueillie par des centaines de résidents locaux en colère, inquiets de se retrouver sur un point chaud stratégique, alors que les tensions régionales s’aggravent.

    Fureur de la Chine

    « Etats-Unis, êtes-vous des amis, ou une force d’occupation ? », pouvait-on lire par exemple sur une pancarte. Des affrontements avec la police ont eu lieu. La Corée du Nord, visée par ce bouclier, a exprimé à plusieurs reprises sa violente opposition. Mais en réalité, ce déploiement l’arrange : car le THAAD suscite la fureur de la Chine. Ses très puissants radars permettent en effet de surveiller aussi le territoire chinois.

    Son déploiement risque donc de mettre à mal le timide rapprochement récemment observé entre Washington et Pékin sur la question nucléaire nord-coréenne. Pour une Corée du Nord de plus en plus isolée diplomatiquement, le THAAD permet d’enfoncer un coin dans cette « coalition ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.