GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Philippines: invité par Trump à Washington, Duterte hésite à accepter

    media Rodrigo Duterte a visité trois navires de guerre chinois amarrés dans le port de sa ville natale, Davao, le 1er mai 2017. REUTERS/Lean Daval Jr

    La situation est toujours tendue en Asie du Sud-est après un nouveau tir de missile opéré par la Corée du Nord samedi 29 avril. Le président américain Donald Trump a donc contacté par téléphone les présidents de Thaïlande, de Singapour et des Philippines sur ce sujet et en a profité pour les inviter aux Etats-Unis. Mais, ce lundi 1er-Mai, le président philippin Rodrigo Duterte a paru assez hésitant sur un éventuel voyage à Washington.

    « Je ne peux pas faire de promesse. Je dois déjà aller en Russie, en Israël… », a répondu Rodrigo Duterte à propos de l’invitation de Donald Trump, alors qu’il visitait trois navires de guerre chinois amarrés dans le port de sa ville natale, Davao, ce lundi.

    L’embarras du président philippin était donc visible, mais assez symbolique. Depuis son arrivée au pouvoir il y a bientôt un an, les Philippines se sont éloignées des Etats-Unis, l’ancienne puissance colonisatrice et allié traditionnel, et se sont surtout rapprochées de Moscou et Pékin.

    Pour autant, Duterte a souligné ce lundi que les relations avec les Etats-Unis s’étaient améliorées depuis l’élection de Donald Trump : on est loin du « fils de pute » lancé par Duterte à l’encontre de Barack Obama, qui critiquait sa très sanglante « guerre contre la drogue ». « Les choses ont changé, a expliqué le président philippin. Il y a une nouvelle direction. Il veut que l’on soit amis, alors pourquoi devrions-nous nous bagarrer ? »

    Il est vrai que les deux pays sont liés par un traité de défense mutuelle, et que la précédente administration philippine a rouvert ses bases aux Marines américains. Mais depuis son arrivée au pouvoir, Rodrigo Duterte est surtout intéressé par les milliards de dollars que, selon lui, les Chinois ne manqueront pas d’investir aux Philippines grâce à l’amélioration des relations bilatérales Manille-Pékin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.