GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Reporters sans frontières (RSF) appelle à ne faire aucun «compromis» avec Riyad
    • Ingérence russe dans les élections: Moscou accuse Washington d'avoir «fabriqué» des accusations
    • Moscou dit que 88 000 rebelles ont été tués en Syrie depuis le début de son intervention, il y a trois ans (ministre de la Défense)
    • Attentats à Trèbes et Carcassonne: trois suspects ont été mis en examen et écroués (source judiciaire)
    • Perquisitions LFI: la procureure générale de Paris dénonce «un coup de force» du camp Mélenchon (Europe 1)
    • Inde: vendredi, un train percute une foule; on déplore 60 morts, des personnes rassemblées pour un festival hindou à Amritsar
    • Plusieurs explosions dans des centres de vote à Kaboul (responsable et témoins)
    • Tanzanie: le milliardaire enlevé Mohammed Dewji annonce avoir été retrouvé (tweet)
    Asie-Pacifique

    Japon: l'empereur Akihito va enfin pouvoir partir à la retraite

    media L'empereur Akihito, en janvier 2016. REUTERS/Toru Hanai

    Le gouvernement japonais approuve une loi spéciale qui va permettre à l'empereur Akihito d'abdiquer dès la fin 2018. Son fils, le prince-héritier Naruhito, montera alors sur le trône de la plus ancienne famille régnante au monde. Cette loi exceptionnelle ne vaut que pour l'actuel empereur, âgé de 83 ans et souffrant. La dernière abdication d'un empereur a eu lieu il y a plus de 200 ans.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, aucun mécanisme légal n'est prévu pour permettre aux empereurs du Japon de prendre leur retraite quand bon leur semble. L'empereur Akihito pourra prendre la sienne, mais il n'obtient pas du Premier ministre Shinzo Abe que ses successeurs, les futurs souverains, puissent eux aussi se retirer du pouvoir.

    Au Japon, depuis l'époque Meiji (entre 1868 et 1912) et l'ouverture du Japon sur le monde exterieur, l'empereur reste un être à part. Il ne lui est reconnu aucun des droits accordés à ses sujets, comme la liberté d'expression. Il n'a même pas le droit de renoncer au trône quand il est souffrant.

    Séculariser l'institution impériale

    Même s'il n'est plus divinisé, comme le fut son père Hirohito, le libéral, pacifique et moderne empereur Akihito est toujours considéré dans le shinto - la religion première des Japonais - comme une sorte de pape du pays.

    Le Japon est un Etat laique, mais la droite conservatrice veut que l'institution impériale reste le lieu sacré où se fonde le pouvoir politique. En forcant le gouvernement à adopter une loi spéciale pour lui permettre d'abdiquer, l'empereur Akihito, simple symbole de l'Etat aux termes de la Constitution, parvient néanmoins à humaniser la monarchie japonaise, à la mettre en accord avec son temps.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.