GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: Duterte décrète la loi martiale dans le sud du pays

    media Le président Rodrigo Duterte passe en revue l'armée à la base de Pasay City, le 13 septembre 2016 REUTERS/Romeo Ranoco

    Le président Rodrigo Duterte a ordonné la loi martiale dans le sud du pays, sur l'île de Mindanao, après de violents combats entre l'armée et des membres de groupes alliés à l'organisation Etat islamique (EI) dans la ville de Marawi. Le leader national de l'EI se trouverait parmi les assaillants. Les affrontements ont fait au moins trois morts du côté des forces de l'ordre. Rodrigo Duterte a décrété la loi martiale depuis Moscou, avant de décider d'écourter sa visite d'Etat chez Vladimir Poutine.

    Avec notre correspondant à Manille, Marianne Dardard

    Décrétée par Rodrigo Duterte pour deux mois, la loi martiale permet de prendre des mesures exceptionnelles, comme la restriction de la liberté de circulation et la suspension de l'habeas corpus, autorisant la détention sans mandat d'arrêt. Mardi soir, l'armée philippine poursuivait à Marawi sa chasse à l'homme visant Isnilon Hapilon, présenté comme le chef de file national de l'organisation Etat islamique. Isnilon Hapilon est également l'un des principaux dirigeants du groupe terroriste Abou Sayyaf, spécialisé dans les enlèvements crapuleux.

    Un hôpital attaqué et une église incendiée

    Sur les réseaux sociaux, des habitants de Marawi ont posté des photos montrant le drapeau de l'organisation EI déployé par les terroristes qui ont attaqué un hôpital et incendié une église, la prison municipale et deux écoles. L'extrême sud des Philippines reste en proie aux violences de divers groupes criminels se réclamant de l'islam radical. Par le passé, le président Rodrigo Duterte avait déjà menacé d'avoir recours à la loi martiale, utilisée en 1972 par Ferdinand Marcos pour instaurer sa dictature.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.