GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'écrivain, dont l'extradition est réclamée par Istanbul, est libre à condition de rester à Madrid, précise son avocat, Ilias Uyar. L'écrivain, en vacances à Grenade, dans le sud de l'Espagne, a été arrêté samedi en vertu d'un mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande de la Turquie. Une arrestation dans le cadre d'une «traque ciblée contre les détracteurs du gouvernement turc vivant en Europe», déclarait hier son avocat. Un représentant du ministère allemand des Affaires étrangères indiquait hier que l'Allemagne était en contact avec les autorités espagnoles pour exiger que Berlin soit impliqué dans toute procédure d'extradition, tout en soulignant qu'aucune extradition ne devait justement avoir lieu, rapporte l'agence Reuters. Dogan Akhanli a fui la Turquie en 1991 et s'est installé à Cologne, en Allemagne, en 1995.

    Amériques

    Corée du Sud: enquête sur le déploiement de quatre lanceurs de missiles du THAAD

    media Un véhicule militaire américain roule au milieu d'une foule hostile au THAAD, à Seongju, ce 26 avril 2017. Kim Jun-beom/Yonhap via REUTERS

    En Corée du Sud, la controverse au sujet du déploiement d’un système américain d’interception de missile vient d’être ravivée. Le nouveau président sud-coréen Moon Jae-in, élu il y a trois semaines, accuse son propre ministère de la Défense de lui avoir délibérément caché l’arrivée de quatre nouveaux lanceurs additionnels appartenant à ce bouclier baptisé THAAD. Moon Jae-in a ordonné l’ouverture d’une enquête.

    Avec notre correspondant à Séoul Frédéric Ojardias

    Le président sud-coréen a sauté au plafond en apprenant la nouvelle, affirme le quotidien Joongang Ilbo : quatre lanceurs de missiles du bouclier américain THAAD ont été déployés sur le territoire sud-coréen sans qu’il en soit informé.

    Deux premiers lanceurs avaient déjà été installés fin avril, c’est-à-dire moins de deux semaines avant les élections. Moon Jae-in avait alors critiqué ce déploiement précipité d’un système qui provoque de fortes résistances locales et qui suscite la fureur de la Chine. Pékin s’estime visé et multiplie depuis les mesures de rétorsion économique visant la Corée du Sud.

    Une opinion sud-coréenne très divisée sur le sujet

    Le président américain Donald Trump avait aussi jeté de l’huile sur le feu en demandant aux Sud-Coréens de payer la facture : un milliard de dollars. Face à cette nouvelle controverse, le Pentagone assure que l’installation de son système avait été « très transparente ».

    Si le THAAD est jugé nécessaire par certains pour faire face à la multiplication des tirs de missiles nord-coréens, d’autres redoutent une course aux armements. L’opinion sud-coréenne est très divisée sur le sujet, une division qui, visiblement, se manifeste jusqu’au sein du gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.