GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: le président Moon Jae-in férocement défendu par certains partisans

    media Le président Moon Jae-in lors d'une conférence de presse, à Séoul, le 10 mai 2017. REUTERS/Jung Yeon-Je/Pool/File Photo

    Ils sont surnommés les « Moonppas » : des internautes et partisans un peu trop zélés du nouveau président sud-coréen, le progressiste Moon Jae-in, élu début mai. Les journalistes et les politiciens - progressistes comme conservateurs - jugés trop critiques envers leur champion se voient attaqués de toute part sur les réseaux. Ces « cyber-protecteurs » auraient ainsi acquis un véritable pouvoir d’influence.

    De notre correspondant à Séoul,

    « Moonppa » est un terme péjoratif : il désigne les partisans trop enthousiastes – ou fanatiques selon leurs détracteurs - du nouveau président Moon Jae-in. Ils seraient plusieurs dizaines de milliers d’internautes, regroupés sur plusieurs forums très actifs. Ces « cyber-gardiens » considèrent que le suicide en 2009 d’une icône de la mouvance progressiste sud-coréenne, l’ancien président Roh Moo-hyun, avait été provoqué, entre autres, par la couverture médiatique très négative dont il avait été victime, y compris à gauche.

    Ils ont donc décidé de recourir à un cyber-activisme effréné pour défendre leur président. Ils répondent à toute critique envers Moon Jae-in par des déluges de commentaires et de messages sur les réseaux sociaux. Un harcèlement en ligne qui vise aussi les politiciens et les médias progressistes : le Hankyoreh, un grand quotidien de centre gauche en a récemment fait les frais. Le journal s’est vu accusé de ne pas prendre suffisamment parti pour Moon Jae-in et sa publication en couverture, fin mai, d’une photo jugée peu flatteuse du président a provoqué une nouvelle avalanche de critiques.

    Un rédacteur du journal, excédé, a répondu à ces reproches par un message sur Facebook, message qui se terminait par les mots suivants : « je vous attends les Moonppa, venez-vous battre ! » Et se battre ils sont venus, obligeant le rédacteur à publier dès le lendemain une lettre d’excuses.

    Des méthodes virulentes

    Autre exemple de cette cyber-force de frappe : un député conservateur accusait le fils du nouveau Premier ministre d’avoir échappé au service militaire obligatoire alors que son propre fils en avait fait autant. Son numéro de portable personnel a été diffusé en ligne et le politicien a été bombardé de textos lui reprochant son hypocrisie ce qui l’a obligé à adoucir ses critiques.

    Le quotidien Joongang Ilbo s’inquiète : selon lui, certains commentateurs politiques s’autocensurent et les journalistes doivent maintenant soupeser chacun de leurs mots, de peur de cyber-représailles. Ce journal conservateur consacre une demi-page au phénomène et cite la chef de campagne d’un adversaire de Moon, qui assure que cette force de frappe en ligne aurait eu une influence sur le résultat des élections, que Moon Jae-in a remporté avec une avance considérable.

    Le site Korea Exposé, de son côté, souligne que le président lui-même en fait très peu pour freiner l’ardeur de ses cyber-gardiens qualifiant même leur comportement « d’épice qui rend la compétition intéressante ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.