GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: nouveau drame dans une usine textile près de Dacca

    media Les corps des victimes sont déplacés après l'explosion dans une usine textile à Gazipur, au Bangladesh, le 4 juillet 2017. Reuters

    Au Bangladesh, dix personnes ont été tuées dans l'explosion d'une chaudière, lundi 3 juillet, dans une usine de textile près de Dacca. L'usine qui appartient au groupe bangladais Multifabs fabrique des vêtements en maille pour des distributeurs en Europe et en Russie.

    Une usine de textile a explosé lundi 3 juillet au Bangladesh, en périphérie de la capitale Dacca. Des dizaines d'employés étaient présents sur les lieux. Dix personnes sont mortes, trois employés sont portés disparus. La catastrophe est due à l'explosion d'une chaudière défectueuse. Selon le groupe Multifabs, la chaudière venait d'être révisée.

    Les opérations de recherches et de sauvetage sont toujours en cours. Et il est fort probable que le bilan s'alourdisse. Toutefois, ce dernier aurait pu être plus important mais il y avait peu d'ouvriers présents sur le site.

    En 2013, l'effondrement du Rana Plaza, qui abritaient des ateliers textiles avait coûté la vie à plus de mille personnes. Le Bangladesh est le numéro deux du textile mondial après la Chine et les conditions de travail des empoyés de ses usines sont dénoncées régulièrement.

    « C'est inacceptable aujourd'hui »

    « Que ce soient des chaudières, des appareils électriques, des installations électriques défectueuses, c’est vraiment symptomatique de l’industrie textile au Bangladesh, explique à RFI Nayla Ajaltouni, coordinatrice du Collectif Ethique sur l'étiquette, qui milite contre les violations des droits de l'homme au travail.

    Cette usine fait partie des usines encadrées par l’« Accord », cet accord signé par les grandes marques internationales, sous la pression de la société civile au lendemain de l’effondrement du Rana Plaza. Cet accord a été signé en 2013 et nous pointons déjà depuis deux ans des irrégularités, des retards dans les rénovations, dans les réparations d’usines.

    Normalement, ce type d’accident ne devrait plus arriver si les donneurs d’ordre font leur travail de manière sérieuse...

    Peut-être qu’au final on trouvera en effet que c’est une erreur tout simplement humaine de manipulation, mais cela en dit long tout de même sur les conditions dans lesquelles les vêtements sont confectionnés au Bangladesh, à destination des grands donneurs d’ordre internationaux, des marques occidentales.

    C'est inacceptable aujourd’hui ! »

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.