GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Japon: début du procès du patron français de la plateforme de bitcoins MtGox

    media Mark Karpèles, ancien PDG de MtGox, jugé ce 11 juillet 2017 à Tokyo.

    Au Japon s'ouvre ce 11 juillet le procès de l'ex-baron autoproclamé des bitcoins, un Français, Mark Karpeles. Sa plateforme d'échange de monnaie virtuelle avait fait faillite au début de 2014 après une perte d'environ 355 millions d'euros. Il comparaît notamment pour détournement de fonds.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles.

    Mark Karpeles est accusé d’avoir accédé au système informatique de la plateforme d’échange de monnaie virtuelle, MtGox, qu’il avait créée à Tokyo, d’avoir falsifié les données de ses comptes et détourné une somme de 2,4 millions d’euros.

    L'accusé dit avoir été victime d’une attaque informatique massive et plaide non coupable, attaque qui aurait fait perdre à la plateforme MtGox l’équivalent de 350 millions d’euros et causé sa faillite.

    Agé aujourd’hui de 32 ans, Mark Karpeles avait déjà été condamné en 2010 en France à un an de prison pour intrusion frauduleuse dans un système informatique.

    La faillite de la plateforme MtGox avait fait grand bruit. Au plus haut de son activité, elle revendiquait la gestion de 80 % des transactions mondiales de bitcoins. Ce marché des monnaies virtuelles est aujourd’hui pris en main par Wall Street et certains magasins de Tokyo acceptent des paiements en bitcoins.

    Les investisseurs lésés, des étrangers expatriés au Japon pour la plupart, espèrent récupérer une partie des sommes investies, au choix, en devises traditionnelles... ou en bitcoins.

     →A(RE)LIRE : La «blockchain», ce livre de comptes virtuel qui révolutionne le web

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.