GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Septembre
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au Mexique, un séisme d'une magnitude de 7,1 sur l'échelle de Richter a secoué ce mardi la capitale Mexico, où des milliers de personnes sont descendues précipitamment dans les rues. Le centre géologique américain USGS précise que l'épicentre se situait dans l'Etat de Puebla, dans le centre du pays, proche de la capitale.

    Asie-Pacifique

    [Tendances] Hipster à l'afghane

    media La mode hipster est en vogue dans la jeunesse masculine à Kaboul. RFI/Sonia Ghezali

    En Afghanistan, les jeunes hommes entre 20 et 35 ans rivalisent de créativité et arborent leur barbe structurée, taillée court ou long, avec ou sans moustache. Loin des barbes fournies et hirsutes imposées sous le régime taliban et encore portées par certains extrémistes religieux dans le pays, la mode hipster est en vogue dans la jeunesse masculine qui cherche avant tout à se plaire.

    De notre correspondante à Kaboul,

    Mohammad manie les coupe-choux avec dextérité. Le rasoir à lame passe sur le revers des lèvres d'un habitué assis dans un large siège surélevé, la tête légèrement renversée en arrière sur l'appui-tête. Il rase sous les pommettes, dans le cou, se saisit de la paire de ciseaux, taille la barbe sombre et drue structurée avant de reposer ses outils sur la table près d'un blaireau et d'un savon solide pour barbe. Cela fait quatre ans que le jeune homme de 23 ans travaille dans ce salon de beauté pour homme situé dans le centre de Kaboul.

    « La même coupe de cheveux que Justin Bieber »

    Sur les murs jaune poussin sont accrochés de grands portraits d'hommes occidentaux aux cheveux poivre-sel et aux barbes bien taillées. Dans son jean délavé et son t-shirt noir près du corps, le barbier a le look de n'importe quel jeune homme occidental. De la mode hipster incarnée par des hommes aux barbes bien taillées, aux cheveux longs, qui est tendance en Europe et aux Etats-Unis, il ignore tout. « Quand les jeunes viennent ici, ils me demandent la même coupe de cheveux que Justin Bieber, le jeune chanteur américain ou bien ils me montrent des photos d'hommes qu'ils ont trouvées sur internet », explique Mohammad.

    Jeune Afghan au look hipster. RFI/Sonia Ghezali

    Dans les rues de Kaboul, les hommes de tous âges en shalwar kameez (tunique longue sur pantalon large), la tenue traditionnelle, croisent des hommes en jean-basket-tee-shirt, aux coupes de cheveux étudiées et aux barbes stylisées.

    Il y a sans conteste un culte du corps chez les jeunes Afghans. Dans le pays, le culturisme défie l'obscurantisme des extrémistes religieux. Exhiber son corps huilé, dessiné par des heures de musculation et un régime alimentaire strict n'est pas du goût des mollahs, mais les affiches et panneaux publicitaires sont bien accrochés sur les frontons des nombreuses salles de gym pour hommes ou à proximité des magasins d'accessoires de sport.

    Dans le Parkmall, un centre commercial du quartier de Shar-e-Now, tous les commerçants connaissent Massié. Un mètre 80, le corps athlétique, vêtu d'un tee-shirt à manches longues en maille grise sur un jean taille basse, brut, troué et effiloché par endroits. « J'ai toujours été passionné de mode », raconte-t-il, derrière le comptoir de la boutique de cosmétiques qu'il gère. Ses cheveux épais noirs sont dégradés sur les côtés où ils sont coiffés en avant, et beaucoup plus longs sur le haut de la tête où ils forment des pics verticaux qui tiennent grâce au gel dont ils sont enduits. Le jeune homme ne passe pas inaperçu dans les allées du centre commercial où femmes et hommes font du lèche-vitrine.

    Streetwear ou surfwear ?

    « Les Kaboulis ont des styles plus proches des Européens, affirme Massié. Ils ne portent que des jeans avec des tee-shirts tendance ». Si sa famille l'accepte tel qu'il est, il confie coiffer ses cheveux différemment lorsqu'il se rend en province. « Les gens me regardent bizarrement quand je vais dans des villes ou des villages en dehors de Kaboul, à cause de ma barbe et de mes vêtements, parce qu'ils n'ont pas l'habitude de voir des gens comme moi ».

    Dans la galerie commerciale, Ahmad Zai, 23 ans, possède un magasin de jeans et de t-sirts branchés London men clothes (vêtements pour hommes londoniens). Dans la boutique, un immense drapeau de l'Union Jack est tendu au-dessus de la porte d'entrée. « Les Londoniens ont un vrai style vestimentaire et c'est pour ça que j'ai voulu appeler mon magasin comme ça », explique Ahmad Zai. Jean retroussé sur les mollets, taille basse, couleur bleu clair, tee-shirt jaune pétant bariolé d'inscriptions en anglais, le jeune homme défend un style à mi-chemin entre le streetwear inspiré du hip-hop et le surfwear de la mode décontractée incarnée par les surfeurs. « Une belle tenue est importante parce qu'elle révèle notre personnalité, explique Ahmad Zai. C'est important que chacun fasse attention à son apparence et à ce qu'il renvoie comme image ». « Moi, je ne copie personne. Mon style est le mien. Il est unique et il me définit », insiste le jeune homme.

    Pour trouver des idées de style, il passe des heures sur internet à regarder des photos de stars du cinéma turc, indien, européen, américain. Les styles de barbe, les coupes de cheveux, les tenues vestimentaires. « Etre soi-même, montrer qui l'on est » est le premier objectif d'un style selon le jeune commerçant, qui assure qu'il ne s'agit pas de séduire en premier lieu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.