GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: Abdelkader Merah reconnu coupable de «complicité» et condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    Asie-Pacifique

    Pakistan: le Premier ministre Nawaz Sharif destitué par la Cour suprême

    media Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif est impliqué dans un scandale de corruption. REUTERS/Carlo Allegri

    La Cour suprême du Pakistan a rendu ce vendredi 28 juillet un arrêt prononçant la « disqualification » du Premier ministre Nawaz Sharif et sa destitution de fait, suite à une affaire de corruption. Dans la foulée, le chef du gouvernement a annoncé sa démission dans un communiqué en dépit de « sérieuses réserves » sur la procédure judiciaire

    Depuis les révélations des Panama Papers, Nawaz Sharif était sous pression et poussé à la démission par ses opposants. Le jugement des cinq magistrats de la Cour suprême l'y a donc contraint. C'est un tournant qui signe la chute d'un personnage clé de la vie politique du pays. Depuis 1990, Nawaz Sharif a exercé trois mandats de chef du gouvernement, tous interrompus avant leur terme, l'un par un coup d'Etat qui l'avait poussé à l'exil.

    La Cour suprême a incriminé ce vendredi d'autres ministres ou responsables politiques et elle a demandé des poursuites pour corruption contre Nawaz Sharif et plusieurs de ses enfants.

    Ce n’est peut-être pas la fin de la famille Sharif, mais c’est très probablement la fin de Nawaz Sharif en politique.

    Destitution de Nawaz Sharif: une surprise pour Christophe Jaffrelot

    Christophe Jaffrelot, directeur de recherche au CERI-Sciences Po/CNRS

    28/07/2017 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    Mais ce n'est pas pour autant la fin de l'influence de la famille Sharif, dont le parti, la Ligue musulmane pakistanaise (PML), est majoritaire au Parlement. C'est ce parti qui va nommer le nouveau Premier ministre. Le frère de Nawaz Sharif, Shehbaz, à la tête de la très puissante province du Punjab, pourrait lui succéder jusqu'aux prochaines législatives prévues en 2018.

    Et même si des dissensions apparaissent au sein de la PML, le risque d'instabilité politique est limité. Tout comme celui d'un retour des militaires au pouvoir, auquel personne, pas même l'armée, n'a intérêt dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.