GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: l’ONU pointe une augmentation des atteintes aux droits de l'homme

    media Plus de 3000 personnes ont été tuées par la police ou dans des circonstances inexpliquées depuis l'arrivée au pouvoir du président Rodrigo Dutertre en mai 2016. REUTERS/Ezra Acayan

    L'ONU vient de publier lundi 31 juillet un nouveau rapport à charge contre le pouvoir philippin. Depuis son arrivée au pouvoir il y a tout juste un an, le président Rodrigo Duterte a lancé une guerre sans merci contre les trafiquants de drogue et délinquants qui a fait jusqu'ici des milliers de morts. Mais le rapport pointe cette fois-ci la multiplication des attaques dont sont victimes les défenseurs des droits de l'homme et les communautés autochtones.

    Les conclusions du rapport sont alarmantes. Les experts ont répertorié une augmentation importante des cas de violences, d'homicides, d'actes d'intimidation et de harcèlement contre les défenseurs des droits de l'homme aux Philippines.

    Parmi les victimes, figurent également les représentants syndicaux, les agriculteurs et les membres de leurs familles, mais aussi les défenseurs des peuples autochtones, notamment des Lumad, qui vivent sur l'île de Mindanao et qui ont été victimes selon ce même rapport de violences très graves.

    L'ONU s'inquiète également de la hausse des cas d'exécutions sommaires, y compris d'enfants et demande au gouvernement philippin d'agir au plus vite pour mettre un terme à cette situation.

    Les Philippines connaissent depuis l'arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte une hausse importante d'homicides. Plus de 3 000 personnes ont été tuées par la police dans la lutte antidrogue, des milliers d'autres ont péri dans des circonstances inexpliquées.

    Dernière victime en date : un maire soupçonné par le président lui-même, de trafic de drogue et qui a été abattu ce dimanche lors d'une opération de police. Malgré cela, Duterte jouit d'une très forte popularité et s'est récemment engagé à poursuivre aussi longtemps que nécessaire son implacable guerre antidrogue.

    Lire aussi : Philippines: soupçonné d’être un narcotrafiquant, un maire abattu par la police

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.