GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Chine: un blogueur censuré pour un texte sur la vie à Pékin

    media La pollution à Pékin, un des sujets mis en exergue par le blogueur anonyme dont le texte a été censuré. REUTERS/Jason Lee

    En Chine, un jeune blogueur vient d’être censuré pour un récit qu’il a publié sur la toile. Dans son texte, il décrit la vie à Pékin, et visiblement cela n’a pas plu aux autorités car elles viennent de supprimer tout simplement sa publication.

    De notre correspondante à Pékin,

    Ce texte a pour titre: « Pékin compte 20 millions d’habitants qui tentent d’avoir une vie ». Son auteur qui écrit sous pseudonyme, dresse un portrait chaotique de la capitale chinoise. C’est une ville qui étouffe sous la pollution, une ville dans laquelle les loyers sont inabordables et qui manque cruellement de chaleur humaine. « En fait, il n’y a pas de vie dans cette ville », déplore-t-il.

    Un texte qui fait parler

    Son texte a été largement partagé sur les réseaux sociaux, et notamment sur Wechat qui comptabilisait plus de 5 millions de vues. Mais depuis quelques jours, son récit est introuvable, lorsqu’on essaie de cliquer dessus, un message de l’administration chinoise du cyberespace apparaît, et indique que ce texte ne respecte pas la réglementation chinoise.

    Comme à chaque fois sur la toile en Chine, cela a divisé les internautes. Certains ont félicité l’auteur pour son réalisme, d’autres l’ont accusé d’exagération. Mais les réactions les plus virulentes à l’encontre de l’auteur proviennent des médias officiels chinois. Le Quotidien du Peuple l’accuse de vouloir faire pleurer dans les chaumières et la chaîne d’Etat CCTV rappelle que Pékin a certes des défauts mais que la ville fait beaucoup d’efforts pour s’améliorer et que de nombreux jeunes parviennent à y réaliser leur rêve.

    La censure n’a pas de limite

    Une certitude : ce blogueur a dû subir une forte pression après la diffusion de son texte puisque dans une interview donnée à un quotidien chinois, il revient sur ses propos, s’excuse pour son « écriture imprécise », et ajoute apprécier tout ce que cette ville lui a donné.

    En Chine, il arrive souvent que les autorités censurent des contenus de personnes « lambdas », qui sont, en apparence, peu subversifs. En mai dernier, une femme de 44 ans, Fan Yusu, publiait un texte sur sa condition misérable d’employée de maison à Pékin. C’était un très bel essai qui parlait en filigrane des inégalités entre les riches et les pauvres, entre la ville et la campagne. Là encore son histoire avait fait le tour des réseaux sociaux avant de disparaître mystérieusement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.