GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: Yingluck Shinawatra met en cause le général Prayuth Chan-ocha

    media L'ex Première-ministre à son arrivée au tribunal, le 21 juillet 2017. REUTERS/Chaiwat Subprasom

    En Thaïlande, c’est la dernière prise de parole devant le tribunal de l’ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra. Celle-ci est accusée de négligence dans l’exercice de ses fonctions quand elle était au pouvoir, parce qu’elle avait initié un programme de subvention rizicole. Un programme qui avait causé des dommages financiers de l’ordre de 5 milliards d’euros à l’Etat. L’ancienne Première ministre, renversée par un coup d’Etat, il y a trois ans, dit être victime d’un jeu politique.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus.

    Environ un millier de ses partisans l’attendaient devant le tribunal, des bouquets de fleurs à la main et lui criant « bats-toi ». Un rassemblement sous forte surveillance policière, qui s’est tenu malgré les avertissements de la junte au pouvoir. Une fois devant les juges, Yingluck a parlé durant une heure, parfois combative, parfois les larmes aux yeux.

    Elle s’est défendue de toute malhonnêteté ou négligence dans l’application du programme de subvention. Ce programme consistait à acheter le riz aux paysans à des prix très supérieurs à ceux du marché entre 2011 et 2014. Ce qui a provoqué des pertes financières colossales, car le riz n’a pas pu être écoulé sur le marché international.

    L’argument clé de l’ancienne cheffe de gouvernement est que cette politique a bénéficié à des millions de riziculteurs thaïlandais, souvent les laissés pour compte dans une société particulièrement inégalitaire. Yingluck a aussi mis en cause directement le chef de la junte et Premier ministre, le général Prayuth Chan-ocha. Elle l’a accusé d’être derrière ce qu’elle considère être un acharnement juridique à son encontre. Une accusation dont le général Prayuth se défend, en s’abritant derrière le principe d’indépendance des juges.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.