GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Bande de Gaza: Israël frappe vingt-cinq objectifs en riposte à des tirs de projectiles (armée)
    Asie-Pacifique

    Cachemire: un dirigeant du Lashkar-e-Taiba tué par les forces indiennes

    media Des villageois autour des restes de la maison où se cachait Abu Dujana et qui a été prise d'assaut par les forces indiennes. TAUSEEF MUSTAFA / AFP

    «Une réussite majeure»: c’est de cette manière que les forces indiennes ont commenté la mort d’un des chefs du Lashkar-e-Taiba, un groupe extrémiste basé au Pakistan. New Delhi le cherchait depuis des années, elle avait même mis sa tête à prix mais Abu Dujana continuait à lui échapper, parfois de justesse. Mais mardi matin, les forces de sécurité indiennes ont lancé l’assaut contre une petite maison située dans un village près de Srinagar.

    Selon le journal Hindustan Times, Abu Dujana était venu à Hakripora pour voir une femme de la région avec laquelle ce Pakistanais de 26 ans s’était récemment marié. La police, qui était au courant de ses visites, a lancé l’assaut à 4h30 du matin, assistée par les forces spéciales et l’armée. La maison a explosé. Lorsque les corps d’Abu Dujana et de son aide, un adolescent, ont été retirés des décombres, ils étaient selon la police sévèrement brûlés, et presque méconnaissables.

    Abu Dujana était devenu le chef des opérations du Lashkar-e-Taiba dans le Cachemire indien en 2015. Sa mort est le coup le plus sévère aux séparatistes depuis la mort d’un autre commandant, Burhan Wani, il y a un an. Des mois de manifestations contre le pouvoir indien s’en étaient suivis, durant lesquels presque cent civils avaient été tués.

    Et cette fois encore, lorsqu'elles ont appris la mort d’Abu Dujana, des milliers de personnes sont descendues dans les rues et ont lancé des pierres sur les forces de sécurité indiennes, qui ont riposté à coup de gaz lacrymogènes et de carabines à plombs. Un jeune garçon a été tué. Les heurts, auxquels participaient bon nombre d’étudiants, se sont étendus à d’autres villes de la région. Le gouvernement a ordonné la fermeture des écoles et des universités pour la journée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.