GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 10 Août
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Aujourd'hui
Mercredi 15 Août
Jeudi 16 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Royaume-Uni: l'homme qui a été arrêté après l'attaque contre le Parlement est soupçonné «d'actes terroristes» (police)
    • La Turquie «va boycotter» les appareils électroniques américains (Erdogan)
    • Voiture contre le Parlement à Londres: il n'y a aucun blessé en danger de mort (police)
    • Afghanistan: les talibans s'emparent d'une base militaire du nord du pays, il y a au moins 14 tués (responsables)
    • Londres: «Plusieurs piétons blessés» par une voiture qui a foncé sur les barrières de sécurité du Parlement britannique (police)
    • La Corse toujours prête à accueillir l'«Aquarius» (Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse sur BFMTV)
    • Yémen: 51 morts dont 40 enfants dans le raid aérien attribué à la coalition, selon un nouveau bilan du CICR
    Asie-Pacifique

    Inde: «Rouge à lèvres sous ma burqa» lève le voile sur la sexualité des femmes

    media Les quatre actrices principales de «Rouge à lèvres sous ma burqa» @LipstickMovie

    L'Inde est un pays foncièrement patriarcal, mais un début de révolution sexuelle semble être en marche. C'est en tout cas ce que donne à voir un nouveau film, qui est en train de connaître un franc succès au cinéma depuis deux semaines: «Rouge à lèvres sous ma burqa» raconte de manière décomplexée la vie sexuelle de 4 femmes, âgées de 18 à 55 ans, et vivant dans une petite ville indienne. Un tabou semble se lever.

    De notre correspondant à New Delhi,

    Nous sommes dans un vieux quartier de Bhopal, ville indienne de taille moyenne. Une fille venant d'une famille musulmane conservatrice se change tous les jours dans les toilettes, troquant sa burqa contre des jeans et du rouge à lèvres pour aller à l'université, où elle tombe amoureuse d'un musicien rebelle. Sa voisine à peine plus âgée s'envoie en l'air avec son amoureux, un photographe, mais va certainement épouser un autre homme qu'elle ne connait pas pour faire plaisir à sa famille. Une troisième, mariée et mère de trois enfants, se fait maltraiter, voire violer par son mari qui refuse de mettre des préservatifs, et elle doit donc régulièrement avorter. Enfin, la quinquagénaire, veuve et pudibonde, lit en cachette des romans érotiques et se prend de fantasmes coquins en pensant à son jeune et baraqué professeur de natation.

    Des histoires intimes simples mais inédites au cinéma indien

    En Inde, parler de sexualité masculine, passe encore, peu de réalisateurs indiens ont encore pu porter le désir féminin à l'écran. Shaguna, une résidente de New Delhi de 28 ans, témoigne de son enthousiasme après avoir vu Rouge à lèvres sous ma burqa. « Pour la première fois j'ai vu une femme de 55 ans s'exprimer sur sa sexualité, ou une autre parler de viol conjugal. Ce film montre de manière très sensible ces questions du quotidien que chaque femme rencontre. Moi, j'ai pu m'identifier à chaque personnage, au moins en partie ».

    Une des affiches du film Hindustan Times

    Pourtant, ce film a failli ne jamais être diffusé en Inde car le comité de certification l'a d'abord interdit à cause, « des scènes continues de sexe, des mots vulgaires et de la pornographie auditive », entre autres. Mais les réalisateurs ont levé cette censure après un recours auprès du tribunal d'appel de la certification. Entre temps, le film a gagné 11 prix internationaux, dont celui du festival du film de femmes de Créteil, en France. Le film a remporté le Grand prix de la 39e édition. Et après deux semaines dans les salles, Rouge à lèvres sous ma burqa connaît un vrai succès.

    Internet un espace pour libérer la parole sur la sexualité

    Le difficile parcours du film montre bien à quel point la sexualité féminine est taboue en Inde et considérée comme vulgaire par les autorités, généralement contrôlées par des hommes. Si les femmes des petites villes n'ont pas le droit de parler de leurs désirs, elles s'expriment de plus en plus sur internet, à travers par exemple ce site appelé Agents of Ishq, « Les agents de l'amour ». Sur ce site, des femmes anonymes échangent sans retenue ni vulgarité leurs conseils sur le sexe, la contraception, le plaisir et même la masturbation. La toile devient alors un précieux espace de liberté et d'information pour celles qui demandent seulement à mieux comprendre leur corps et ses désirs. 

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.