GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Aujourd'hui
Samedi 24 Février
Dimanche 25 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: une grève dans les plantations provoque une pénurie de thé Darjeeling

    media Un manifestant affronte la police durant une grève au village de Sukna, dans le district de Darjeeling, le 29 juillet 2017. Diptendu DUTTA / AFP

    Une grève d'une ampleur inédite est en cours depuis près de deux mois dans les plantations de thé de Darjeeling, au nord-est de l'Inde. Dans cette zone montagneuse, un groupe représentant l'ethnie minoritaire des Gorkhas réclame la création de leur propre Etat au sein de la fédération indienne, et ce mouvement est suivi par les cueilleurs des plantations, qui travaillent dans des conditions misérables. Résultat : l'un des thés les plus recherchés au monde a disparu des marchés.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

    Tout a commencé avec les protestations du groupe ethnique minoritaire des Gorkhas, qui réclament depuis longtemps la création de leur propre Etat au sein de la fédération indienne.

    Des manifestations violentes ont enflammé le mouvement dans ces montagnes du nord-est du pays, et le 9 juin dernier, 25 syndicats de travailleurs des plantations ont décidé de rallier cette grogne pour réclamer l'application de leur salaire minimum.

    Le thé de Darjeeling a beau être l'un des plus appréciés et recherchés sur les marchés mondiaux, les personnes qui cueillent ses feuilles vivent et travaillent dans des conditions moyenâgeuses : ils sont payés parfois 1,20 euro la journée, les maisons qui sont fournies dans les plantations sont dans des états pitoyables et leurs enfants souvent forcés de participer pour augmenter leurs revenus.

    Après plus de 50 jours sans récolte, les conséquences sont dramatiques pour l'industrie ; plus aucun thé n'est exporté et il est peu probable qu'il y ait de nouvelle récolte cette année. Une situation inédite depuis des décennies.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.