GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Deux crises majeures à l’agenda du sommet de l’Asean à Manille

    media Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Asean pendant la cérémonie d'ouverture du 50e forum à Manille, le 5 août 2017. REUTERS/Mohd Rasfan

    Dix ministres des Affaires étrangères de l'Asean, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, se sont rassemblés ce samedi 5 août à Manille aux Philippines pour participer au forum régional sur la sécurité, le cinquantième depuis sa création, et qui doit se terminer jeudi prochain. Deux sujets majeurs seront à l'ordre du jour des discussions des membres de l'Asean avec les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l'Union européenne.

    La Corée du Nord est l'un des sujets incontournables de ce forum annuel qui doit réunir à partir de dimanche les chefs de la diplomatie de 26 pays. A l'heure où le Conseil de sécurité des Nations unies doit décider d'imposer ou pas de nouvelles sanctions au régime de Pyongyang, les membres de l'Asean ont refusé la politique d'isolement de Pyongyang prônée par Washington.

    Même si tous ont exprimé leur inquiétude autour du programme balistique et nucléaire de la Corée du Nord, la priorité est donnée au dialogue, comme l'a d'ailleurs de nouveau fait savoir la ministre des Affaires étrangères sud-coréenne, arrivée à Manille, ce samedi après-midi, et qui a réitéré son offre de discuter avec son homologue nord-coréen en marge du forum.

    Autre sujet d'inquiétude et de tension: la domination chinoise en mer de Chine méridionale. Le Vietnam a appelé les pays membres à durcir le ton face à Pékin, mais n'a pas réussi à convaincre le Cambodge et les Philippines. Un texte commun a donc très peu de chance de voir le jour d'autant qu'Hanoï insiste pour y intégrer un code de conduite qui serait juridiquement contraignant pour la Chine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.