GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Japon commémore les 72 ans du bombardement nucléaire d'Hiroshima

    media Des Japonais prient pour les victimes du bombardement d'Hiroshima le 6 août 2017. Kyodo/via REUTERS

    Les Japonais ont commémoré le premier bombardement atomique de l'histoire qui a frappé, il y a 72 ans, Hiroshima. Le 6 août 1945, à 8h15 heure locale, un bombardier américain baptisé « Enola Gay » larguait sur Hiroshima la bombe atomique « Little Boy ». En tout, 140 000 personnes ont été tuées, des milliers d'entre elles instantanément. Trois jours plus tard, une deuxième bombe atomique « Fat Man » détruisait Nagasaki. Cette année, le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui, a appelé le monde à prendre des mesures allant vers l'interdiction de l'arme nucléaire, au moment où l'ONU renforce ses actions contre la Corée du Nord, en riposte à ses programmes balistique et nucléaire.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

    Chaque 6 août, dans les chaleurs humides étouffantes de l'été japonais, Hiroshima lutte contre l'oubli. Seuls le parc de la paix et son monument érigé à l'épicentre de l'explosion sont là pour rappeler que le 6 aout 1954 l'humanité entrait dans l’âge nucléaire.

    Selon un sondage, 80% des Japonais ignorent, aujourd'hui, la date précise du bombardement atomique. Encore moins celui du second, trois jours plus tard, à Nagasaki. Les derniers survivants - leur moyenne d’âge est de 80 ans - s'éteignent peu à peu, et avec eux, leur mémoire.

    Ce n'était que des enfants lorsqu'ils subirent le feu atomique. Ils ne demandent qu'une chose : que le monde n'oublie pas leurs souffrances pour qu'elles n'aient pas été inutiles. L'an dernier, Barack Obama a été le premier président américain en exercice à se rendre à Hiroshima. Le prix Nobel de la paix ne s'est pas excusé pour le bombardement mais il a promis d'œuvrer à l'interdiction des armes nucléaires.

    Dans l'intervalle, la Corée du Nord a multiplié dans la mer du Japon les essais de missiles, certains balistiques et susceptibles d'être armés, un jour, d'ogives nucléaires. Face à cette menace, le Premier ministre japonais Shinzo Abe cherche à réviser la Constitution pacifiste. Dans leur majorité, les Japonais y restent opposés. Mais le Japon réactive ses réacteurs à l'arrêt depuis Fukushima. Il veut maintenir une capacité nucléaire. Pour être prêt, le cas échéant, à se doter de l'arme atomique.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.