GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Les autorités afghanes accusent les talibans et l'EI du massacre de 50 civils

    media Les forces afghanes se préparent au combat durant une bataille contre les talibans dans la province de Kunduz, le 20 août 2016 (photo d'illustration). BASHIR KHAN SAFI / AFP

    Les talibans et le groupe Etat islamique (EI) ont massacré « plus de 50 civils » dans le nord de l'Afghanistan, ont accusé les autorités du pays ce lundi 7 août. Elles estiment que cette opération confirme l'alliance ponctuelle des deux mouvements insurgés.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

    Exécutés par balle, décapités, forcés à se jeter dans le vide du haut des falaises... Les villageois de Mirza Olong ont vécu un calvaire samedi 5 août soir. Les victimes sont des policiers locaux, des civils, dont des femmes et des enfants.

    Le village situé dans la province de Sar-e-Pul et habité par une communauté chiite a été attaqué par des hommes armés sous le commandement d'un chef taliban local qui a prêté allégeance à l'organisation Etat islamique.

    Selon le gouverneur provincial, il s'agit même d'une opération menée conjointement par les insurgés talibans et le groupe EI. Le porte-parole des talibans réfute lui toute alliance.

    Collaboration avec le groupe EI ?

    Ce qui s'est passé à Mirza Olong a pourtant des précédents, selon des sources sécuritaires. Si les deux groupes se battent l'un contre l'autre dans l'est du pays, où l'EI s'est implanté en janvier 2015, ils collaborent ponctuellement dans le nord, notamment à Kunduz ou dans le sud, à Zabul.

    Une collaboration d'autant plus facile que la plupart des combattants de l'organisation Etat islamique sont d'anciens talibans afghans ou pakistanais ou des insurgés étrangers appartenant par exemple au Mouvement islamique d'Ouzbékistan.

    De façon générale, la sous-traitance des attaques anti-gouvernementales par des groupes armés pour d'autres est une pratique courante, avait indiqué il y a quelques mois le porte-parole du ministère de la Défense.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.