GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Crise des missiles: la Chine soutiendra la Corée, sauf si elle tire en premier

    media Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un, bardé d'officiels, après l'essai réussi d'un missile balistique Hwasong-12. KCNA via REUTERS/File Photo REUTERS

    La Chine ne cesse d’essayer de calmer la guerre des mots entre Washington et Pyongyang. Sans pour autant y parvenir. Ce vendredi 11 août 2017, le journal officiel «Global Times» publie un éditorial prévenant qu’en cas de guerre, ni Washington ni Pyongyang ne doivent s’attendre au moindre soutien de la part de Pékin. Sauf dans un cas précis. Explications.

    Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

    « Nous appelons les parties impliquées à la prudence et à cesser les provocations », avait mis en garde le ministère des Affaires étrangères chinois mercredi. Vœu pieux, puisque les provocations sont reparties de plus belle.

    « Si la Corée du Nord envoie des missiles menaçant le sol américain en premier lieu et que les Etats-Unis réagissent, la Chine restera neutre », affirme désormais le Global Times.

    Mais d'ajouter un deuxième cas de figure : « Si les Etats-Unis et la Corée du Sud lancent des frappes et tentent de renverser le régime nord-coréen afin de changer l’équation politique dans la péninsule coréenne, alors la Chine saura les en empêcher. »

    Le dilemne chinois

    En cas de conflit, les deux parties seraient perdantes, avertit par ailleurs l’éditorialiste du Global Times, sans mentionner toutefois que le troisième grand perdant d'une guerre dans la péninsule coréenne serait la Chine.

    Car de fait, aux yeux de Pékin, rien ne serait pire qu’une guerre à sa frontière. La Chine perdrait alors son Etat-tampon, qui lui permet de tenir à distance aussi bien les Etats-Unis que le Japon.

    La Chine est face à un dilemme : elle doit raisonner Pyongyang, tout en évitant que le régime ne s’écroule. Pékin a donc accepté d’appliquer des sanctions sans précédent, mais continue à fournir du pétrole et des aliments aux Nord-Coréens.

    C'est peut-être dans cette optique que Pékin et Moscou ont annoncé la création d'un projet commun de règlement de la crise, par la voix de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères.

    Ce projet propose un gel des essais de missiles nord-coréens en échange d'un arrêt des manoeuvres militaires conjointes de grande envergure menées par les armées américaine et sud-coréenne.

    → À relire : Quelle est la réalité de la menace nucléaire nord-coréenne ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.