GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le G7 et les géants de l'internet se mettent d'accord pour bloquer la propagande «terroriste» (Italie)
    • Catalogne: «Nous avons atteint une situation limite» (Mariano Rajoy)
    • Brexit: Londres encore «loin du compte sur les engagements financiers» (Emmanuel Macron)
    • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
    • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
    Amériques

    Face au risque d'escalade dans la péninsule de Corée, le Japon se tient prêt

    media Le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera, lors d'une conférence de presse à Tokyo, le 8 août 2017. REUTERS/Issei Kato TPX IMAGES OF THE DAY

    Donald Trump maintient la pression sur la Corée du Nord et se dit prêt à frapper. Il prévient que toutes les options militaires sont prêtes à l'emploi. Mais le président américain doit s'entretenir avec son homologue chinois, qui cherche à calmer le jeu. Du côté de Tokyo, on se prépare à toutes les éventualités, Pyongyang ayant menacé de survoler le Japon avec des missiles balistiques.

    Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

    Dans les milieux japonais de la défense, il se dit actuellement que la Corée du Nord n'osera pas attaquer les Etats-Unis directement, et que Pyongyang ne voudra pas tirer de missiles sur le frère sud-coréen. Aux yeux de Tokyo, la cible idoine pour le régime de Kim Jong-un, c'est le Japon.

    Ce dernier abrite les plus grandes bases américaines en dehors des Etats-Unis. Notamment sur l'île d'Okinawa, bastion de la 7e flotte de la Navy. Actuellement, une centaine de missiles nord-coréens sont tournés vers les mégalopoles de Tokyo et d'Osaka.

    D’après les médias japonais, aucun bouclier anti-missile ne peut protéger ces nébuleuses urbaines d'une pluie de missiles nord-coréens. Pourtant, le Japon approfondit son alliance avec les Etats-Unis dans la défense anti-missiles en mer, à bord de destroyers Aegis, mais aussi au sol.

    Ce samedi 12 août, le Japon a déployé ses batteries de Patriot, un système de défense anti-missile entre autres systèmes d'interception à haute altitude de missiles intercontinentaux. Côté Etats-Unis, le bouclier anti-missile nippo-américain est relié au centre des opérations aériennes et spatiales de Hickham, à Hawaï.

    C'est ce dernier qui synchronise toutes les opérations de protection des territoires japonais et américain. Mais ce bouclier est coûteux, peu testé, et donc d'une fiabilité limitée, selon le nouveau ministre japonais de la Défense. Itsunori Onodera estime plus sûr de détruire les missiles nord-coréens lorsqu'ils sont encore sur leur pas de tir, soit juste avant le décollage.

    → Lire aussi : L'île de Guam, épicentre d'une nouvelle « crise des missiles »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.