GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Menacés de guerre par la Corée, les gens de Guam cherchent la paix intérieure

    media Dominée des siècles durant par la Couronne espagnole avant de tomber dans l'escarcelle de Washington en 1898, l'île de Guam est restée à 80% catholique. Photo: église Santa Barbara, le 13 août 2017. REUTERS/Erik De Castro

    L'île américaine de Guam, dans le Pacifique, est menacée depuis quelques jours par la Corée du Nord. Kim Jong-un prévoit d'envoyer dans sa direction quatre missiles en réponse aux propos de Donald Trump, qui avait promis « le feu et la fureur » contre le régime de Pyongyang. Sur place, la population, à plus de 80 % catholique, se prépare comme elle peut à une éventuelle attaque.

    Sur place à Guam,  Angélique Forget

    Sur le parvis de l'église Santa Maria à Agana, la capitale de l'île, Franck, 53 ans, avance d'un pas décidé. Il vient ici tous les dimanches, mais pour lui la messe d'aujourd'hui revêt une importance particulière.

    « Je vais prier pour que tout se résolve, que personne ne soit blessé, et que personne n'ait à partir en guerre. Je pense que la paix, c'est très important en ce moment », confie-t-il à RFI en ce dimanche 13 août. 

    Pour son homélie, le père Paul Gofigan a tenu à adresser à ses fidèles un message de circonstance : « Si nous devons prier pour la paix, la paix se trouve à l'intérieur. On ne trouve pas la paix à l'extérieur, tout commence à l'intérieur. N'ayez pas peur ! »

    Quand « l'ego » affecte le jugement

    Pour Madeleine Conely, 70 ans, il faut prier pour les habitants de Guam, mais aussi pour que Donald Trump et Kim Jong-un mettent fin à leur escalade verbale. Selon elles, les deux dirigeants se laissent aveugler par leur amour-propre.

    « Je pense que nous avons affaire à deux personnes qui ont beaucoup d'ego, dit-elle. Et quand on a trop d'ego, cela peut tout emporter. Malheureusement, tous les deux ne pensent pas assez à la situation globale... »

    Ici, les fidèles tentent aussi de se rassurer en se rappelant qu'en 2013 déjà, Pyongyang avait annoncé vouloir attaquer l'île de Guam. Or, ces paroles belliqueuses ne s'étaient finalement pas transformées en acte.

    → À relire : Guam, épicentre d'une nouvelle « crise des missiles »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.