GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Birmanie: les civils rohingyas pris dans les combats entre armée et rebelles

    media Des femmes Rohingyas à Sittwe, en Birmanie. Cette minorité musulmane compte 800 000 membres en Birmanie. REUTERS/Soe Zeya Tun

    L’Etat Rakhine, dans l’ouest de la Birmanie, connaît un nouveau cycle de violence, après une série d’attaques lancées vendredi par des rebelles rohingyas contre des postes de police birmans. Au moins 92 personnes ont été tuées dans les affrontements. La crainte est que cette situation ne provoque une nouvelle vague de représailles des militaires birmans contre les civils rohingyas.

    Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

    L’Etat Rakhine connaît une nouvelle flambée de violence qui commence à prendre des allures de petite guerre civile. Des rebelles rohingyas, entrainés et bénéficiant de soutiens financiers de l’étranger, s’en sont pris aux forces de sécurité birmanes. Celles-ci contre-attaquent en traquant les rebelles, mais aussi en s’en prenant aux civils rohingyas qui fuient les combats.

    Il y a quelques jours, l’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan remettait un rapport à la chef de la diplomatie birmane Aung San Suu Kyi. Il y recommandait de donner une plus grande liberté de mouvement aux civils rohingyas et de fermer les camps de déplacés où vivent 120 000 personnes depuis 2012.

    Cycle de violences

    Face aux violences de ces derniers jours, il est improbable qu’Aung San Suu Kyi y donne suite dans l’immédiat, d’autant que ce sont les militaires birmans qui ont le dernier mot sur le « dossier Rakhine ».

    Les derniers affrontements risquent fortement de relancer un cycle de violences et d'atteintes aux droits de l’homme, y compris des viols collectifs et des exécutions, comme la région en avait connu en octobre dernier après des premières attaques de rebelles. Les tirs de mortiers, samedi, contre des groupes, comprenant des femmes et des enfants, tentant de traverser le frontière entre la Birmanie et le Bangladesh en sont un premier signe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.