GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: HRW dénonce «une stratégie de la terre brûlée» en Birmanie

    media Ces femmes, membres de la minorité rohingya de Birmanie, ont été repoussées par les gardes-frontières du Bangladesh. Cox’s Bazar, le 28 août 2017. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Le gouvernement birman, qui nie toute exaction contre les Rohingyas de l'Arakan, a fustigé lundi 28 août l'aide prodiguée par les ONG internationales à cette minorité, qu'il accuse d'incendier des villages et d'utiliser des enfants soldats. Des propos irresponsables et sans preuve, estime Human Rights Watch. L'ONG s'interroge sur la réelle stratégie de l'armée dans cet Etat peuplé majoritairement de musulmans.

    Alors que les combats ont repris depuis vendredi dans le nord de l'Etat de l'Arakan, entre l'armée birmane et les insurgés de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan - un groupe connu seulement depuis octobre -, HRW s'étonne des accusations proférées par le gouvernement de Birmanie contre l'action des ONG sur le terrain. Et d'en appeler à une réaction de la femme forte du pays.

    « Je crois qu'Aung San Suu Kyi n'est que partiellement informée sur la situation dans l'Arakan, estime Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie à Human Rights Watch. Je ne sais pas si ses sources sont uniquement militaires ou si les informations proviennent d'un petit groupe de conseillers ; il semblerait en tout cas qu'on ne lui donne que des informations parcellaires. »

    « Je ne saisis pas bien ce qu'est la stratégie du gouvernement birman »

    Sur le terrain, concède le représentant d'HRW, « il est clair que nous avons affaire à un groupe d'insurgés ». « On ne peut pas ne pas condamner les attaques contre des civils, mais une chose est sûre : nous avons assisté à la transformation d'un mouvement globalement pacifique des Rohingyas, qui demandent le respect de leurs droits, en un groupe armé. »

    « Dans ce contexte, conclut Phil Robertson, je ne saisis pas bien ce qu'est la stratégie du gouvernement birman. Il semblerait que l'armée ait obtenu l'autorisation de pénétrer dans ces zones et de se livrer à une stratégie de la terre brûlée, sans faire de différence entre les civils et les insurgés, et de faire fuir un maximum de personnes en commettant des actes de violence. Cela doit cesser. »

    Les Nations unies rappellent le gouvernement de Rangoun à ses devoirs

    Lors des dernières 72 heures, au moins 3 000 Rohingyas, dont nombre de femmes et d'enfants, sont passés au Bangladesh voisin, selon le décompte des Nations unies. Ils sont venus s'ajouter aux plus de 400 000 personnes déjà passées de l'autre côté. Le secrétaire général de l'ONU se dit « profondément préoccupé » par la mort de civils lors d'opérations sécuritaires.

    Dans un communiqué publié à New York par son porte-parole, Antonio Guterres rappelle par ailleurs que les autorités de Rangoun doivent « assurer la sécurité de ceux qui en ont besoin et leur fournir de l'aide ». Considérés comme des étrangers dans un pays bouddhiste à plus de 90 %, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent en Birmanie depuis des générations.

    → À relire : Aucune exaction contre les Rohingyas selon une enquête gouvernementale

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.