GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Japon: nouvelle gaffe du vice-Premier ministre Taro Aso sur Hitler

    media Le vice-Premier ministre japonais, Taro Aso, n'en est pas à sa première gaffe. REUTERS/Issei Kato

    Le vice-Premier ministre japonais Taro Aso a commis une nouvelle gaffe en laissant entendre lors d'une rencontre avec des membres de son parti conservateur qu'il comprenait les motivations d’Adolf Hitler. Face aux critiques de la presse, il a été contraint de retirer ses propos ce mercredi. Ce n'est pas la première fois qu'il crée une controverse à propos d’Hitler et de l'Allemagne nazie.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Et une nouvelle bourde pour Taro Aso. Le vice-Premier ministre japonais, qui voulait manifestement expliquer que les résultats qu'on laisse en politique sont plus importants que les motivations, a très maladroitement exprimé son idée par cette phrase : « même avec de bonnes raisons, Hitler, qui a tué des millions de personnes, n'était pas un bon responsable politique ».

    Face à la controverse, il a tenté ce mercredi de justifier davantage sa pensée: « si vous prenez mes commentaires dans leur ensemble, il est clair à travers mes propos, que ma perception d'Hitler est extrêmement négative et que ses motivations étaient erronées ». « Il était inapproprié d'utiliser l'exemple d'Hitler », a-t-il cependant reconnu, sans s'excuser.

    « Les élites japonaises ont besoin d'être éduquées au sujet de l'Holocauste nazi »

    Comme certains autres hauts responsables politiques, Taro Aso est obsédé par l'Allemagne nazie. « Le Japon devrait s'inspirer d'elle pour réformer sa Constitution », observait-il en 2013, car les nazis avaient su se passer de la Constitution de Weimar.

    En juillet dernier, un responsable de la Banque centrale du Japon ne cachait pas son admiration pour la politique économique d'Adolf Hitler. Les références au nazisme de Taro Aso et d'autres politiciens japonais ne scandalisent pas au Japon. Leurs propos suscitent plus de réactions à l'étranger. « Les élites japonaises ont besoin d'être éduquées au sujet de l'Holocauste nazi », note le Centre Simon Wiesenthal, une organisation de lutte contre le néonazisme. Et pour cause, l'enseignement de l'histoire dans les écoles japonaises s'arrête au début du XXe siècle avant que le Japon impérial ne devienne l'allié de l'Allemagne nazie.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.