GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Japon: Carlos Ghosn maintenu en détention pendant dix jours selon l'agence de presse japonaise Kyodo
    Asie-Pacifique

    Cambodge: le chef de l'opposition mis en examen pour «trahison et espionnage»

    media Kem Sokha (photo) sera jugé pour «un plan secret et une conspiration passée avec des étrangers», a déclaré le tribunal de Phnom Penh. Reuters

    Kem Sokha, 64 ans, un des principaux responsables de l'opposition au Cambodge, a été arrêté puis mis en examen pour « trahison et espionnage ». Le Premier ministre Hun Sen a évoqué un complot pour « détruire le pays ».

    Le chef de l'opposition au Cambodge a été mis en examen, mardi 5 septembre, pour « trahison et espionnage », dernier épisode du muselage de l'opposition avant les élections de 2018 par l'inamovible Premier ministre Hun Sen, qui dénonce la main de Washington. Kem Sokha sera jugé pour « un plan secret et une conspiration passée avec des étrangers », a déclaré le tribunal de Phnom Penh, annonçant que le crime de « trahison et espionnage » était passible de trente ans de prison.

    Agé de 64 ans, Kem Sokha dirige le principal parti d'opposition, le Cambodge National Rescue Party (CNRP), dont l'autre dirigeant, Sam Rainsy, est exilé en France pour échapper à la prison. Kem Sokha a été arrêté ce week-end, le gouvernement dénonçant déjà une « conspiration secrète ». « Derrière Kem Sokha, c'est toujours la même main, celle de l'Amérique », a été jusqu'à lancer le Premier ministre Hun Sen, dimanche 3 septembre, parlant d'un complot pour « détruire le pays ».

    Les législatives de juillet 2018 sont un test majeur pour l'homme fort du Cambodge, âgé de 65 ans, qui ne cesse de durcir le ton contre l'opposition et les défenseurs des droits de l'homme. L'opposition a réalisé une percée remarquée aux élections municipales de juin 2017 au Cambodge, un signe inquiétant pour celui qui est au pouvoir depuis la chute des Khmers rouges.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.