GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Cambodge: Hun Sen durcit son pouvoir en vue des législatives de 2018

    media Le Premier ministre cambodgien Hun Sen, ici lors des funérailles de Sok An, vice-Premier ministre du Cambodge, à Phnom Penh, le 19 mars 2017. REUTERS/Samrang Pring/File Photo

    Au Cambodge, le Premier ministre Hun Sen a annoncé mercredi 6 septembre devant un rassemblement de 10 000 ouvriers du textile sa décision de rester au pouvoir pendant encore dix ans. Alors que les élections législatives doivent avoir lieu dans moins d'un an, le climat politique ne cesse de se dégrader.

    Après la fermeture d'un journal indépendant, l'expulsion d'ONG étrangères et la mise en examen du principal chef de l’opposition Kem Sokha pour trahison et espionnage, Hun Sen ne semble plus avoir aucun scrupule à durcir le régime.

    Pour Sophie Boisseau Du Rocher, chercheuse à l'Ifri, le chef du gouvernement se sent les mains libres, « parce qu’il a inculqué une culture de la peur, qu'il arrive quand même à convaincre une partie de la population qui bénéficie de la croissance du pays et qu’il a le soutien plein et complet de la Chine. Il reste donc sûr que ce n’est pas de Pékin que viendra la contestation. »

    Une opposition malmenée mais toujours active

    Mais même si l'opposition est aujourd'hui sous pression des autorités, elle reste bien présente dans le pays. « Le Cambodge, c’est 16 millions d’habitants et plus de 60 % de ces 16 millions ont moins de 30 ans. Donc, ils ne vont pas se taire », assure Sophie Boisseau Du Rocher.

    Néanmoins, « le Parti du sauvetage national du Cambodge a été fortement ébranlé avec l’inculpation de Kem Sokha, rappelle-t-elle. Il risque donc de ne pas avoir le temps de s’organiser pour trouver un nouveau leader et réussir à être crédible lors des élections. » Probablement au bénéfice du gouvernement de Hun Sen.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.