GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    Asie-Pacifique

    Selfie d’un singe: pas de droits d'auteur, mais un quart des revenus

    media Photographie de Naruto, macaque d'indonésie qui a pris son appareil photo à David Slater et appuyé sur le déclencheur. David Slater / photographie prise sur Wikimedia Commons

    Fin de deux ans de bataille juridique jeudi 14 septembre entre un photographe et un macaque d'Indonésie. En 2011 une photo avait fait le tour du monde. On y voyait un selfie pris par ce singe qui affiche un large sourire. Une joie qu’il peut conserver, puisqu’il va finalement toucher indirectement une partie des revenus du cliché. Le cas juridique est anecdotique mais pose des questions de fond.

    Tout commence en 2011, lorsque Naruto, un macaque, vole un appareil au photographe David Salter. En récupérant son engin, surprise ! Ce Britannique découvre plusieurs clichés déconcertants de l'animal. Le cadrage, et la mise au point, et l'expression de l'animal posent question : et s'il avait vraiment voulu se prendre en photo ?

    Le cliché fait alors le tour du monde. Sauf que PETA porte plainte contre le photographe. L’association protectrice des animaux estime que les droits d'auteur reviennent à l'animal. Qu'il a pris consciemment le portrait. Quand bien même l'appareil n'était pas à lui et même si l'on peut difficilement prouver son intention réelle.

    Ce jeudi, les deux parties ont finalement trouvé un accord. David Slater est bien reconnu comme auteur de la photo et bénéficiaire des droits d'auteur, mais le singe va toucher indirectement 25 % des futurs revenus tirés de la photo, qui seront reversés à des organismes qui protègent son habitat. Sur son blog PETA se félicite : « Naruto démontre que lui et les autres macaques sont des êtes intelligents, pensants, complexes, qui méritent de détenir légalement leur propriété intellectuelle ».

    Le problème Wikimedia

    Néanmoins, les ennuis de David Slater par rapport à son cliché ne sont pas terminés. La photographie de Naruto a été mise en ligne sur le site collaboratif Wikipedia et présentée comme appartenant au domaine public. La fondation Wikimedia refuse de retirer l'image, ce qui permet depuis plusieurs années aux médias, entre autres, de la reprendre sans payer de droits d'auteur à David Slater.

    Ce dernier a estimé, le 5 août 2017 sur sa page Facebook, que l'encyclopédie collaborative en ligne n'était « pas intéressée par les faits » et cherche juste à « justifier sa position » délictuelle. Cette deuxième affaire reste à trancher.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.