GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Royaume-Uni: la probabilité d'un Brexit sans accord s'est accrue (Banque d'Angleterre)
    • Londres va suspendre l'attribution à Ryad de nouveaux contrats de ventes d'armes pouvant être utilisées au Yémen (ministre)
    • Foot: la Secrétaire générale de la FIFA va jouer le rôle de "déléguée générale pour l'Afrique" durant 6 mois à la demande de la CAF
    • Syrie: quatorze civils ont été tués, dont deux secouristes, dans des frappes du régime (ONG)
    • Nucléaire-EPR de Flamanville: les réparations ne pourront pas être faites avant fin 2022 (ASN)
    • Turquie-procès du putsch manqué en 2016: vingt-quatre condamnations à la prison à vie (agence)
    • Arabie: une usine de dessalement a été visée par une attaque des rebelles yéménites (coalition)
    • Intempéries: à Toulouse, le métro et le train sont perturbés après de violents orages nocturnes
    • Syrie: d'après l'OSDH, plus de 100 combattants (soldats syriens et jihadistes) ont été tués en deux jours dans la région d'Idleb
    • Drone américain abattu: les frontières sont «notre ligne rouge», dit un général iranien
    • Décès de Morsi: l'Egypte dénonce les accusations «irresponsables» de la Turquie
    Asie-Pacifique

    Birmanie: ces bouddhistes dans le déni de la souffrance des Rohingyas

    media Des réfugiés rohingyas les mains en l'air pour demander l'aide distribuée par des organisations locales dans un camp à Cox's Bazar, au Bangladesh, le 14 septembre 2017. REUTERS/Danish Siddiqui

    La situation reste critique à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie. Quelque 400 000 Rohingyas musulmans ont fui l’Etat de l’Arakan, dans l’ouest birman, où l’armée mène officiellement des « opérations de sécurité ». La répression contre la minorité rohingya a entraîné de vives condamnations sur la scène internationale. La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi est la cible de nombreuses critiques, mal comprises par de nombreux Birmans bouddhistes. Illustration.

    Avec notre correspondant à Rangoun,  Rémi Fabre

    Nombre de bouddhistes birmans n’acceptent pas que l’image de leur pays soit écornée sur la scène internationale. RFI a notamment rencontré deux trentenaires très remontés contre la manière dont leur pays est montré du doigt pour ce qu'il se passe dans l'Etat d'Arakan.

    Ils remettent tout en cause, à commencer par le nombre de réfugiés comptés par les Nations unies au Bangladesh, plus 400 000. Leurs calculs sont exagérés par rapport à la réalité, estiment-ils, et ce chiffre est à leurs yeux donné par les Rohingyas.

    Il n'y en aurait que pour les réfugiés

    Nos interlocuteurs mettent également en doute les violences de l’armée birmane, dénoncées par les réfugiés rohingyas. Peu importe la question, ils répondent toujours la même chose : on les a tués, on les a violés... Une seule réponse, quelle que soit la question.

    Pour eux, les reportages de la presse internationale sont tous orientés. Les journalistes s’intéresseraient uniquement aux réfugiés rohingyas, mais pas au groupe terroriste qui aurait lancé des attaques contre des postes de police birmans fin août (lire ici et sur RFI).

    Une machination à l'échelle mondiale

    « Lorsqu’un reporter de CNN a interviewé une femme qui se disait rohingya, elle s’est mise à pleurer avec son bébé. Mais c’est elle qui a fait pleurer le bébé ! », croit savoir l'un de nos interlocuteurs, avant de montrer la photo d’une femme, apparemment une Rohingya, en train de pincer l’enfant qu’elle tient dans les bras.

    Conclusion des deux hommes : dans cette crise avec les Rohingyas, les bouddhistes sont victimes d’une machination à l’échelle mondiale. Ils donnent rarement la preuve de ce qu’ils avancent, et mettent en avant des cas isolés pour nier les faits rapportés par les organisations humanitaires, les Nations unies et la presse.

    → À relire : Comment expliquer la prudence d'Aung San Suu Kyi sur les Rohingyas ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.