GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: Amnesty dénonce «la politique de l’autruche» d’Aung San Suu Kyi

    media Des réfugiés rohingyas à Kutupalong, au Bangladesh, le 9 septembre 2017. Selon le HCR 300.000 d'entre eux ont fui la Birmanie depuis le 25 août pour se réfugier au Bangladesh voisin. REUTERS/Danish Siddiqui

    Aung San Suu Kyi tente de rassurer la communauté internationale au sujet des violences commises contre la minorité Rohingya. Dans un discours retransmis à la télévision, la dirigeante birmane a condamné les violations des droits de l'homme. « Les autorités birmanes doivent mettre fin aux opérations militaires », a réagi le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

    A la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU ce mardi, Antonio Guterres n'a pas accusé l’armée birmane d'être responsable des exactions commises contre les Rohingyas. Mais le secrétaire général des Nations unies a réclamé la fin des opérations militaires dans l’Etat de l’Arakan.

    Quelques heures plus tôt, Aung San Suu Kyi avait souligné que ces opérations étaient en fait terminées depuis deux semaines, et s’étonnait que des Rohingyas quittent encore le pays. Tout en affirmant que plus de la moitié des musulmans de l’Arakan étaient restés chez eux et qu’ils vivaient aussi bien qu’avant. Un moyen pour la Dame de Rangoon d’exonérer les militaires de toute responsabilité.

    « Une campagne de nettoyage ethnique »

    Amnesty International a aussitôt dénoncé la « politique de l'autruche » d'Aung San Suu Kyi sur le sujet. « ll existe des preuves écrasantes que les forces de sécurité sont engagées dans une campagne de nettoyage ethnique », estime ainsi l'ONG.

    « Il y a toujours des fumées d'incendies qui s'élèvent au-dessus de l'Arakan, secoué par des tensions entre rohingyas et armée, a renchéri Phil Robertson, de Human Rights Watch, images satellites à l'appui. Ce n'est pas comme si tout s'était arrêté ». « Les dernières images satellites de HRW montrent que plus de 200 villages rohingyas ont été détruits, écrit Lotte Leicht, directrice de l'ONG pour l'Europe, sur Twitter. Le nettoyage ethnique se poursuit dans l'impunité ».

    L'ONU réclame une enquête en Birmanie

    A Genève, les enquêteurs de l’ONU missionnés en mars dernier ont à nouveau demandé ce mardi un accès complet et sans entrave à l’Etat de l’Arakan, que la Birmanie leur a jusqu’ici refusé. Dans son discours, Aung San Suu Kyi a pourtant invité des observateurs à se rendre sur place. Sauf que la Birmanie ne reconnait pas la mission des Nations unies. L'ambassadeur birman au Conseil des droits de l'homme assure qu'elle n'est d'ailleurs pas utile pour régler le problème, signale notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche.

    L'ONU estime qu'on ne peut plus attendre. Environ 200 villages rohingyas auraient déjà été vidés de leurs habitants. Les Rohingyas sont déshumanisés par la propagande birmane qui les qualifie de « vermine ».

    Difficile d'obtenir des chiffres fiables sur les victimes. Mais d'après le président de la commission d'enquête, les premiers rapports semblent refléter « ce que les médias ont dit jusqu'à présent » au sujet des Rohingyas. Au total, 420 000 personnes auraient déjà fui le pays pour le Bangladesh.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.