GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rohingyas: le Royaume-Uni suspend son assistance militaire à la Birmanie

    media Des Rohingyas dans le camp de réfugiés de Kutapalong, au Bangladesh, où ils ont fui la répression de l'armée birmane, le 9 septembre 2017. Munir UZ ZAMAN / AFP

    La Grande-Bretagne a annoncé la suspension de son programme d’aide à l’armée birmane pour répondre à la poursuite des violences contre les civils rohingyas dans l’Etat de l'Arakan.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Face à la pression internationale et en raison de ses liens historiques avec la Birmanie, colonie britannique jusqu’en 1948, Londres a fait un premier geste. Le ministère de la Défense a décidé de suspendre toute coopération militaire ainsi que son programme de formation pour l’armée birmane jusqu'à ce qu'il y ait « une résolution acceptable de la situation ».

    Londres appelle par ailleurs « les forces armées birmanes à prendre immédiatement les initiatives nécessaires pour mettre fin aux violences dans l’Etat de l'Arakan et protéger tous les civils ».

    « Plus efficace que d'isoler l'armée birmane »

    Le Royaume-Uni dépense chaque année environ 350 000 euros pour financer des formations en matière d’apprentissage de l’anglais, de gouvernance et de droit international, mais sans fournir d’entraînement au combat.

    Le sous-secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères s’était justifié devant le Parlement de Westminster début septembre en expliquant que « montrer comment des militaires modernes opèrent au sein d’une démocratie » était « plus efficace que d’isoler l’armée birmane ».

    La décision de Theresa May intervient alors que la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi s'est dite prête ce 19 septembre à organiser le retour des 421 000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh, sans pour autant apporter de solution concrète à ce que l'ONU dénonce comme une épuration ethnique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.