GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    Asie-Pacifique

    La crise des Rohingyas favorise l'unité nationale en Birmanie

    media Un couple de réfugiés rohingyas et leurs enfants à Cox's Bazar au Bangladesh, le 20 septembre 2017. REUTERS/Cathal McNaughton

    Plus du tiers de la population Rohingya a fui la Birmanie en un mois. 420 000 réfugiés musulmans de cette ethnie très persécutée s’entassent maintenant dans des camps à la frontière, côté bangladais. Ils ont fui les combats et la répression féroce des militaires birmans. En Birmanie, la population, majoritairement bouddhiste, a tendance à soutenir les militaires. Cette crise a rapproché l’armée, le gouvernement et la population. Elle a renforcé l’unité nationale.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Il s’est battu contre la dictature militaire en Birmanie, il a manifesté pour la démocratie, il a été arrêté par les militaires, emprisonné, mais aujourd’hui, le moine bouddhiste U Pamdapimsa soutient l’armée dans sa politique répressive contre les Rohingyas.

    « Je crois que l’armée respecte les règles sur le terrain avec les Bengalis [ ndlr. Mot utilisé par les bouddhistes pour désigner les Rohingyas ]. Je ne crois pas que les militaires fassent des opérations agressives pour le moment. Il faut comparer la manière dont l’armée combat l’organisation terroriste rohingya et les rébellions ethniques, ce n’est pas pareil. L’armée, par exemple, n’utilise pas d’armes lourdes contre les terroristes rohingyas », souligne le moine bouddhiste.

    A l’instar de ce moine, beaucoup de Birmans estiment que l’armée protège la nation contre des terroristes rohingyas qui ont attaqué, fin août, plusieurs postes de police.

    La conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi est toujours extrêmement populaire. Elle a répondu, lors d’un discours télévisé, aux attaques de la communauté internationale qui l’accusait de ne rien faire pour les Rohingyas.

    Le chef de l’armée a appelé le pays à s’unir pour une « cause nationale ». L’institution militaire était auparavant très décriée en Birmanie parce qu’elle a tenu le pays d’une main de fer pendant un demi-siècle, aujourd’hui, elle est respectée.

    (Re) lire : Birmanie: les messages de haine sur les Rohingyas se multiplient sur Facebook

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.