GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: fermeture d'un centre de «rééducation» pour femmes hindoues

    media Le prétendu centre de yoga dans le Kerala détenait plusieurs dizaines de femmes hindoues (photo d'illustration). Gettyimages

    Dans le sud de l'Inde, un soi-disant centre de yoga était utilisé depuis des années pour emprisonner les femmes hindoues et les empêcher de se marier avec des hommes d'autres religions. C'est une de ces victimes, qui a réussi à s'échapper au bout de trois semaines de détention, qui a révélé son existence et a porté plainte devant la cour d'appel du Kerala. Cela arrive à un moment où le parti nationaliste hindou, au pouvoir à Delhi, essaie de gagner du terrain sur ces terres.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Shweta était détenue depuis 22 jours dans ce soi-disant centre de yoga, situé en banlieue de la ville de Cochin, au Kerala. Trois semaines, donc, que les prétendus yogis l'obligeaient à écouter leur doctrine sur les contradictions supposées contenues dans la Bible et le Coran. L'objectif : forcer cette hindoue de 28 ans à rompre son mariage avec un chrétien.

    Shweta a fait semblant de céder et a pu sortir, ce qui lui a permis de déposer plainte. Elle affirme que plus de 60 femmes étaient détenues de la sorte, certaines depuis des années, et subissaient une torture mentale et physique, voire des viols. Les autorités viennent de fermer ce centre et la cour a convoqué quatre de ses instructeurs, qui sont introuvables.

    On ne sait pas encore qui est derrière cette organisation. Mais ce genre de violences rappelle les campagnes de conversions lancées depuis plusieurs années par les extrémistes hindous, qui forcent les musulmans à déclarer leur foi dans l'hindouisme. Ils attaquent également les jeunes musulmans, qu'ils accusent d'essayer de convertir des filles hindoues à l'islam à travers un prétendu jihad de l'amour.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.