GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Rex Tillerson à Pékin pour trouver un terrain d'entente sur la Corée du Nord

    media Rex Tillerson au Palais du peuple à Pékin, le 19 mars 2017. REUTERS/Thomas Peter

    Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson se rend à Pékin ce jeudi 28 septembre pour une deuxième visite en neuf mois. Objectif : préparer celle de Donald Trump et trouver un terrain d'entente dans l'épineux dossier de la Corée du Nord. Washington et Pékin souhaitent tous les deux la dénucléarisation de la péninsule coréenne, mais ne sont pas d'accord sur la marche à suivre.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Avant même de fouler le sol chinois, Rex Tillerson a tenté de déminer le terrain. Son porte-parole a affirmé que la Chine avait « fait des pas énormes dans la bonne direction » en appuyant les sanctions de l'ONU.

    Cette fois, Donald Trump semble épauler son secrétaire d'Etat, contrairement à une précédente visite en mars dernier. A la veille de l'arrivée de Rex Tillerson à Pékin, le président américain avait tweeté : « La Chine a PEU fait pour aider ! » (dans le dossier nord-coréen). Le message n'avait pas manqué d'irriter les diplomates chinois. Mais hier, Donald Trump a « applaudi » Pékin pour avoir rompu tout lien bancaire avec Pyongyang.

    Rex Tillerson abordera certainement avec ses interlocuteurs la question du charbon nord-coréen, dont Pékin a importé 1,6 million de tonnes en août, alors que ces importations sont interdites par l'ONU depuis février dernier.

    Renforcer les sanctions ? Renouer le dialogue ? Ou recourir à la force ?  Washington et Pékin ont tout intérêt à trouver un terrain d'entente avant la première visite  de Donald Trump en Chine, prévue en novembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.