GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: verdict clément pour Shinawatra, condamnée à cinq ans de prison

    media Yingluck Shinawatra à Bangkok, en Thaïlande, le 12 février 2016. REUTERS/Jorge Silva

    L'ex-Première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra a été condamnée, mercredi 27 septembre par contumace, à cinq ans de prison pour négligence dans un programme de subventions accordées aux riziculteurs sous son mandat. Yingluck Shinawatra ne s'est pas présentée devant la justice, fin août 2017, dans un procès largement jugé politique. Elle a choisi l'exil. Olivier Guillard, directeur de recherche à l'Iris, explique le contexte particulier de ce verdict et la situation de blocage politique en Thaïlande.

    On finit, ces derniers jours, de pleurer la disparition du roi il y a un an, donc ce n’était pas le moment d’ajouter pour cette période, encore un petit peu fragile politiquement, une disgrâce supplémentaire sur une des représentantes d’une des parties, et non des moindres, de la population participant au vote en Thaïlande. Et pour ce qui relève de celle qui fut donc la première chef du gouvernement de l’histoire de la Thaïlande moderne, la politique ne l’intéressait pas. C’était une dame qui était plutôt investie dans les affaires du groupe de sa famille. Et son retrait de la vie politique, je ne suis pas certain qu’il lui pèse tant que cela. Ce qui reste, en revanche, quelque chose d’un petit peu plus préoccupant, c’est la force de nier la règle de la démocratie dans ce pays. On peut se demander comment va finir par réagir la population. Plus de 50% de l’électorat, aujourd’hui, voterait à nouveau pour les partis proches de Madame Shinawatra ou de son frère. Ils remporteraient donc les élections, ce que ne veulent absolument pas les détenteurs aujourd’hui du pouvoir et leurs sponsors, à savoir les élites urbaines, les milieux industriels, la police, le palais royal et l’armée. Donc, nous sommes toujours dans une situation de blocage et les militaires n’ont aucune envie de voir demain retourner en leur défaveur le cours d’une démocratie qui est bien tourmentée

    Olivier Guillard, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) 28/09/2017 - par Jelena Tomic Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.